Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 22 janvier 2022

 
 

 

Un ouvrier prisonnier en Iran appelle à l’aide

Accueil > International (Fr) > Asie > Un ouvrier prisonnier en Iran appelle à (...)

Arash Djohari est un ouvrier prisonnier politique. Il est en prison pour une longue peine.
Ce qui suit est la transcription d’une bande son enregistrée depuis la prison d’Evine.

Je m’appelle Arash Djohari, ouvrier et militant. La police politique (branche des renseignements des Pasdaran) m’a arrêté le 05/10/2020 chez moi. Je n’ai fait que militer contre la situation actuelle à cause des politiques du régime.

La classe ouvrière survit dans une situation inhumaine. Beaucoup de gens sont pauvres. J’ai protesté contre les politiques qui ont causé la prostitution, les sans-abri, les salaires plusieurs fois sous le seuil de pauvreté, l’inégalité entre les femmes et hommes, les exclusions racistes.

J’ai subi plusieurs interrogatoires après mon arrestation au cours desquelles les agents m’ont insulté. Ces derniers ont aussi outragé ma famille et ma langue maternelle. Je n’ai pas signé les aveux obligatoires. Ils ont alors dit que Chadi Guilak, mon épouse, sera aussi poursuivie.

Les renseignements des Pasdaran ont monté un dossier de toutes pièces contre mon épouse pour faire pression sur moi. Je suis condamné à 16 ans de prison dont 10 fermes. L’on m’a reproché la constitution d’un groupe et de réunions contre le régime.

Chadi a été condamnée à un an prison pour soi-disant propagande contre le régime
. Elle est infirmière et a travaillé très dur pendant la pandémie de Covid-19 alors que les oppresseurs se sont réfugiés dans leurs hôtels particuliers. On lui a fait beaucoup de violence pendant les interrogations pour qu’elle avoue. Je considère que Chadi est prise en otage.

La répression et l’injustice continuent. Exiger une vie décente, demander la liberté, l’égalité et le bien-être pour toutes et tous ne sont pas des crimes. C’est le système en place qui a transformé la vie en enfer. Les gens sont notre véritable juge, c’est pourquoi nous leur demandons de nous aider et d’être notre porte-voix.