Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Les travailleurs des plateformes en Ukraine réclament des salaires décents

Accueil > International (Fr) > Europe > Les travailleurs des plateformes en Ukraine (...)

Les livreurs de plate-forme en Ukraine, dont beaucoup ont été déplacés de chez eux, réclament des salaires décents alors qu’ils continuent à travailler durant la guerre.
Le 12 mai, des chauffeurs-livreurs de Lviv se sont rendus au siège de Bolt Food pour faire part de leurs demandes et ouvrir un dialogue avec l’entreprise. Les participants à la mobilisation se sont présentés en dissimulant leur identité [cagoulés ou portant leurs casques de motos] , car ils affirment que l’entreprise a déjà puni des travailleurs par le passé en les excluant de l’application par de « licenciements robotisés » et des « suspensions robotisées ».

De nombreux livreurs de Lviv ont fui les villes touchées par la guerre en Ukraine. Dans plusieurs cas, ils sont sans abri ou sont les seuls soutiens de famille restants. Dans une vidéo produite par l’association ukrainienne Labor Initiatives, des travailleurs décrivent leur situation.

« Je suis de Mykolaiv », dit un travailleur. « Maman et papa ont perdu leur emploi là-bas. Je n’ai pas d’endroit pour vivre ici et je n’ai même pas assez d’argent pour manger. Bolt Food a dit qu’il proposerait des conditions favorables. Tant pour eux-mêmes que pour les coursiers. Mais ils n’ont tout simplement averti personne, supprimé le salaire minimum, baissé tous les ratios [de courses]. » « Comment sont censés vivre les déplacés, ceux qui n’ont pas de logement, pas de travail [et] n’ont rien à manger ? »

Un autre travailleur décrit la détérioration des rémunérations. « Ils ont supprimé le paiement minimum pour la livraison. Et les ratios ont été réduits de près de la moitié. Ici, un collègue a calculé que cela provoquait, approximativement, une réduction des salaires de 52%. »

Selon les travailleurs, l’entreprise n’a pas expliqué les raisons de ces changements. Pendant ce temps, les travailleurs qui utilisent des voitures et des motocyclettes et qui doivent faire le plein d’essence pour pouvoir travailler sont confrontés à la hausse du prix des carburants. « Le carburant fait partie de mes dépenses », a déclaré un travailleur. « Maintenant, je ne sais pas si je peux même le payer ».

Les demandes de ces travailleurs montrent clairement que les entreprises de plateformes violent les droits des travailleurs dans des environnements extrêmes en utilisant la technologie que les entreprises ont mise en place pour maximiser leurs profits.

Les sociétés de livraison ne sont « pas réglementées correctement », a déclaré un livreur. « Chaque société agit comme elle l’entend. Certaines plateformes emploient des personnes en tant qu’’entrepreneurs privés’, d’autres disent simplement ’Vous êtes branché sur la plateforme’ et vous devriez en être reconnaissant. De ce fait, de nombreux problèmes se posent. ».

« Et si après tout cela, a-t-il poursuivi, des syndicats... se forment, ce sera formidable. Les gens devraient avoir un instrument pour résoudre leurs problèmes. Aussi étrange que cela puisse paraître, cela pourrait même sauver leur vie. »

Voir en ligne :
Video de la mobilisation

18 mai 2022

Terrance Heath
Publié par hwww.solidaritycenter.org/

Traduction Patrick Le Tréhondat