laboursolidarity.org
Banner Ukraine FR Banner Ukraine FR
Les cheminots américains s'apprêtent à entamer une grève nationale la semaine prochaine
Etats-Unis

Les cheminots américains s'apprêtent à entamer une grève nationale la semaine prochaine

Les organisations membres du Réseau Rail Sans Frontière et du Réseau syndical international de solidarité et de luttes soutiennent la lutte des cheminots américains

  • Facebook
  • Twitter

Solidaires (CM)

Après avoir rejeté un accord négocié par la Maison Blanche, les travailleurs des chemins de fer pourraient débrayer avant la période des fêtes de fin d'année.

Malgré l'intervention de l'administration Biden, après près de trois ans de négociations contractuelles, les travailleurs qui exploitent les chemins de fer de marchandises du pays sont sur le point de déclencher une grève nationale dès vendredi prochain.

«Nos membres, et tous les travailleurs du rail en général, sont frustrés», a déclaré Matt Weaver, un travailleur du rail basé à Toledo et membre du syndicat de la division des employés d'entretien des voies (BMWED). «On a l'impression qu'il n'y a pas de respect pour nous».

La semaine dernière, les deux plus grands syndicats ferroviaires ont annoncé une décision partagée quant à l'approbation d'un accord provisoire de cinq ans négocié avant une grève qui devait commencer en septembre. Le syndicat des ingénieurs de locomotives et des agents de train (BLET) a ratifié l'accord de justesse avec 53,5 % des membres votant en sa faveur, tandis que l'accord a été rejeté par un peu plus de 50 % des membres du service des trains et des locomotives de la division des transports (SMART-TD). Le SMART-TD se joint à trois autres syndicats ferroviaires qui ont rejeté l'accord de principe : le BMWED, le syndicat des aiguilleurs du rail et le syndicat des chaudronniers.

En l'absence d'un nouvel accord, les quatre syndicats qui ont rejeté l'accord - qui représentent ensemble environ 55 % de la main-d'œuvre syndiquée du secteur ferroviaire américain - sont prêts à faire grève le 9 décembre. Le BLET et les huit autres syndicats ferroviaires qui ont déjà ratifié l'accord se sont engagés à respecter les piquets de grève en cas d'arrêt de travail. Les quatre syndicats qui s'apprêtent à faire grève représentent environ 60 000 travailleurs, et si les membres d'autres syndicats ferroviaires refusent de franchir le piquet de grève, le nombre de ceux qui ne travaillent pas pourrait passer à plus de 115 000.

Alors que des médias tels que CNN, Forbes et NBC News ont inondé le public d'histoires sur les dommages économiques qu'une grève des chemins de fer infligerait, et que plus de 400 groupes d'entreprises ont demandé au Congrès de mettre fin de manière préventive à une grève, on a accordé moins d'attention au rôle des transporteurs ferroviaires, très rentables, dans l'impasse actuelle. Au cœur du conflit se trouvent les politiques draconiennes des transporteurs en matière d'assiduité, qui empêchent souvent les travailleurs de prendre des congés de maladie, les obligent à rester d’astreinte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et les éloignent de leur famille.

«Ces conditions sont éreintantes. Les travailleurs n'ont pas eu la chance de prendre des pauses dont nous avons besoin pour survivre émotionnellement, mentalement et physiquement», a déclaré Marilee Taylor, un ingénieur de locomotive récemment retraité et membre du BLET à Chicago. «C'est quelque chose qui n'est pas humain, cela vole l'humanité de votre âme».

Au cours des dernières décennies, les principaux transporteurs ferroviaires de classe I, tels que Union Pacific, Norfolk Southern, CSX et BNSF (propriété du milliardaire Warren Buffett), ont mis en place un système de transport ferroviaire à horaires précis (PSR), un modèle de production allégé conçu pour maximiser les profits des actionnaires en réduisant les dépenses. En raison de ces réductions de coûts, les chemins de fer de classe I ont réduit leurs effectifs  de 29 % au cours des six dernières années, ce qui a entraîné un manque criant de personnel et une pression supplémentaire sur les travailleurs restants.

«Le problème fondamental est la dotation en personnel adéquate», a déclaré Ross Grooters, ingénieur et membre du BLET de l'Iowa. «Le modèle d'exploitation fait que nous sommes moins nombreux à faire plus de travail. Cela a rendu le lieu de travail plus dangereux, et cela a rendu nos vies plus misérables.»

Pendant ce temps, le PSR a permis aux transporteurs ferroviaires de réaliser des bénéfices records, les actionnaires empochant 183 milliards de dollars en dividendes depuis 2010.

«Un profond ressentiment»

L'accord de principe conclu en septembre reposait en grande partie sur les recommandations du Presidential Emergency Board (PEB), un groupe d'experts syndicaux nommé cet été par le président Joe Biden pour aider à résoudre le conflit. Si le rapport du PEB abordait les salaires et les soins de santé, il éludait les questions cruciales des congés de maladie et des jours de vacances.

L'accord de septembre, conclu avec l'aide du ministre du Travail Marty Walsh et la participation directe de M. Biden, a tenté d'aller au-delà des recommandations du PEB en permettant aux travailleurs de prendre des jours de congé et en ajoutant un jour de congé payé. Mais l'accord a été critiqué par Railroad Workers United (RWU), un groupe de solidarité intersyndical et interprofessionnel qui rassemble les travailleurs du rail de toute l'Amérique du Nord. Le comité directeur de RWU a appelé les membres du syndicat à voter contre la ratification de l'accord, car il estime qu'il n'aborde pas de manière adéquate les questions centrales de qualité de vie telles que les horaires et les congés.

«Les changements qu'ils ont tenté d'apporter en matière de qualité de vie ne sont pas définis de manière concrète et restent ouverts à la négociation et à un arbitrage potentiellement contraignant», a déclaré Grooters, qui est co-président du RWU.

«Rien dans cet accord ne sert à améliorer la qualité de vie de la main-d'œuvre», a déclaré M. Taylor. Ce qui est historique ici, c'est le nombre de personnes qui ont voté contre».

En vertu du lourd processus de négociation du Railway Labor Act, le Congrès peut empêcher une grève en forçant les deux parties à accepter un contrat. En septembre, les républicains du Sénat ont tenté d'imposer les recommandations du PEB alors que les négociations étaient toujours en cours, mais ils ont été stoppés par le sénateur Bernie Sanders. Au début du mois, M. Walsh a déclaré que le Congrès «devrait prendre des mesures pour éviter une grève» si un nouvel accord n'était pas conclu, et M. Biden envisage maintenant de demander au Congrès d'intervenir.

M. Weaver a fait remarquer que le Congrès pourrait choisir de forcer les chemins de fer à accepter un accord plus avantageux pour les travailleurs. «J'aimerais que le Congrès exerce une forte pression sur les transporteurs», a-t-il déclaré. «Mais les transporteurs ont beaucoup d'argent, ils font beaucoup de lobbying et assurent un travail de financement de campagne de pressio, que nous ne pouvons tout simplement pas nous permettre.» Pourtant, certains membres du Congrès ont exprimé leur soutien aux revendications des travailleurs. […]

Le combat continue

Tout en se préparant à une éventuelle grève le 9 décembre, les militants syndicaux du rail pensent également à la lutte à plus long terme pour protéger et améliorer le transport ferroviaire de marchandises pour les travailleurs, et les consommateurs. […]

Le mois dernier, Railroad Workers United a publié une résolution exprimant son soutien à la propriété publique des chemins de fer de la nation - une situation courante dans de nombreux autres pays.

«Tout comme nos aéroports, nos ports maritimes et nos autoroutes, nous devrions faire de l'infrastructure ferroviaire un bien public», a déclaré Grooters. «Elle pourra alors être gérée pour éviter que la chaîne d'approvisionnement ne soit mise à mal par des investisseurs qui n'ont pas l'intérêt du pays à l'esprit.»

Dans le cadre de la planification du prochain cycle de négociations, M. Weaver a déclaré qu'il espérait voir une plus grande unité entre la douzaine de syndicats ferroviaires, soulignant que certains syndicats avaient déjà ratifié l'accord de principe alors que d'autres étaient encore en train de négocier.

«Nous avions deux entités de négociation cette fois-ci, mais cela s'est effondré. Il n'y avait pas d'obligation de signer - vous ne pouvez pas ratifier si personne ne signe - et nous en avons besoin», a-t-il déclaré. Nous avons besoin d'une bonne solidarité en matière de négociation, d'une seule coalition de négociation pour rassembler les travailleurs du rail. C'est ainsi que nous gagnerons. La solidarité est la clé du succès de la classe ouvrière.»

 

 

Mise à jour : Lundi, le président Biden a annoncé qu'il demandait au Congrès d'intervenir pour empêcher une grève du rail en forçant les travailleurs à accepter l'accord de principe que son administration a contribué à négocier plus tôt cette année entre les transporteurs et les syndicats. Cet accord a été rejeté par quatre syndicats ferroviaires, ce qui laisse planer la possibilité d'une grève. Mardi, la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, ont déclaré qu'ils donneraient suite à la demande de M. Biden  et présenteraient une loi visant à mettre fin au conflit de travail.

 

 1er  décembre 2022

Jeff Schuhrke

Publié par In these Times

Traduction Patrick Le Tréhondat

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram