laboursolidarity.org
Banner Ukraine FR Banner Ukraine FR
Procès du vice-président du Syndicat indépendant bélarus
Biélorussie

Procès du vice-président du Syndicat indépendant bélarus

  • Facebook
  • Twitter

Solidaires (CM)

Aujourd'hui le 10 novembre, le procès d'Aliaksandr Mishuk, vice-président du syndicat indépendant de Biélorussie (BNP), a débuté au tribunal régional de Minsk. Il est accusé d'avoir appelé à la prise du pouvoir en Biélorussie.

En plus de son poste de vice-président du BNP, Alexander a été élu en 2021 président de la plus importante organisation du Syndicat indépendant bélarusse  - l'organisation syndicale de Belaruskali.  En 2022, elle a compté plus de deux mille employés de l'entreprise Soligorsk.

Lors des manifestations d'août 2022, certains dirigeants et militants syndicaux se sont adressés aux travailleurs de la mine de Belaruskali, choqués par la violence des forces de sécurité. Il est probable que l'un de ces discours d'Alexandre Mishuk soit à l'origine de son arrestation.

Il a été arrêté le 25 mai 2022 sur son lieu de travail. Des perquisitions ont été menées à son bureau et en même temps à son appartement. Il a été détenu dans le centre de détention du KGB à Minsk pendant deux mois. Deux semaines avant son arrestation, Alexandre a enterré son père, et pendant les quatre mois de son arrestation, il n'a pas été autorisé à voir sa femme. Il est actuellement détenu à la maison d'arrêt n° 1 de Minsk.

Sur la base de séquences médiatiques, il a été inculpé et poursuivi pour avoir organisé une grève les 17 et 18 août 2020 dans l'une des entreprises minières de Belaruskali. Suite à son inculpation, l'affaire a été reclassée selon un autre article - "appels au renversement de l'ordre constitutionnel". Le 8 juin 2022, il a été déclaré prisonnier politique par des organisations de défense des droits de l'homme.

10 novembre 2022

Publié par le site du BNP

Traduction Patrick Le Tréhondat

----------------------------------------------------

Le tribunal régional de Minsk a condamné le vice-président du Syndicat indépendant biélorusse (BNP) Alexander Mishuk à 2,5 ans de prison en vertu de l'article sur les actions contre la sécurité nationale (partie 1 de l'article 361 du Code pénal).

Selon des militants des droits humains, le procureur a accusé Mishuk d'avoir parlé aux travailleurs "afin de créer un comité de grève". L'accusé a expliqué cela en disant que "tout le monde était sous l'emprise des émotions en raison de la violence de masse des forces de sécurité".

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram