laboursolidarity.org
Banner Ukraine FR Banner Ukraine FR
Victoire: Les travailleurs battent Bolsonaro aux urnes!
Brésil

Victoire: Les travailleurs battent Bolsonaro aux urnes!

Il est maintenant temps de maintenir l'indépendance de classe et de préparer la lutte pour notre agenda et contre toute atteinte aux droits!

  • Facebook
  • Twitter

CSP-Conlutas

Ce dimanche (30), nous avons réussi à imposer une défaite importante dans les urnes à Bolsonaro (PL) et à l'extrême droite au Brésil. Dans l'une des élections les plus féroces et les plus polarisées de l'histoire, Luiz Inácio Lula da Silva (PT) a obtenu 50,90% des suffrages valables, soit plus de 60 millions de voix (60 345 999), contre 49,10% soit un peu plus de 58 millions de voix de Bolsonaro (58 206 354).

Après quatre ans d'un mandat désastreux et néfaste pour le peuple brésilien, en particulier les travailleurs et les plus pauvres, Bolsonaro est le premier président en exercice à perdre une réélection. Lula sera président pour la troisième fois au suffrage direct.

Au matin de ce lundi (31), plus de 14 heures après les résultats des élections, Bolsonaro ne s'est toujours pas prononcé officiellement, reconnaissant sa défaite comme d'habitude.

D'autre part, plusieurs personnalités gouvernementales et institutions comme le Sénat et la Chambre (Congrès national) ont reconnu hier encore le résultat de ce 2e tour. Plusieurs gouvernements d'autres pays, tels que les États-Unis, la France, la Chine, la Russie et d'autres dirigeants, ont fait de même et ont félicité l'élection de Lula.

PRF, violence et utilisation de l´appareil d'état

Bolsonaro et ses alliés ont tout fait pour éviter la défaite. Ce dimanche, la dernière carte a été la tentative de la PRF (Police nationale des routes) de compromettre le vote des électeurs.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs rapports d'opérations de la PRF ont été mis en évidence qui n'ont pas respecté une décision du TSE (Cour supérieure électorale) de ne pas mener d'opérations contre le transport d'électeurs.

Les actions de la PRF se sont principalement concentrées dans la région du Nord-Est, où le PT l'a emporté avec une large marge de voix au 1er tour. Il y a eu plus de 600 actions dont près de 50% dans la région. La région sud, bastion de Bolsonaro, n'a en revanche enregistré que 8% des opérations. Le hashtag #DeixemoNordesteVotar était sur des sujets tendances tout au long de la journée.

Samedi (29), les violences bolsonaristes se sont également répétées. Une semaine après l'épisode mené par l'allié de Bolsonaro, l'ancien député Roberto Jefferson (PTB), la députée fédérale Carla Zambelli (PL), après une discussion politique dans le quartier des Jardins, à São Paulo (SP), a poursuivi, avec une arme à feu, un homme noir. La députée a affirmé qu'elle avait été agressée, mais les images montrent le contraire. En poursuivant l'homme, elle trébuche et l'un de ses gardes de sécurité tire même en pleine rue.

L'utilisation de tout l'appareil d'État en faveur de sa candidature a également été une autre caractéristique de ces élections. Bolsonaro a pris toutes sortes de mesures populistes pour tenter «d'acheter le vote» de la population, en particulier des plus pauvres, ce qu'il n'a jamais envisagé pendant son mandat, comme l'augmentation jusqu'en décembre de cette année de le bénéfice social Auxílio Brasil, la manœuvre pour réduire les prix des carburants et l'utilisation effrénée du budget secret pour favoriser les bastions bolsonaristes.

Un vote critique pour Lula

Face à Bolsonaro, le Secrétariat Exécutif National (SEN) de la CSP-Conlutas a approuvé le vote critique pour Lula à ce 2e tour, pour empêcher l'extrême droite de continuer au pouvoir et au contrôle de l'État brésilien et a mené une campagne forte, cohérente avec la lutte pour le "Dehors, Bolsonaro!" a tenu tout au long du gouvernement de l'extrême droite .

Bolsonaro est antidémocratique, autoritaire et une menace pour les libertés démocratiques durement acquises après la fin de la dictature. Sans parler du projet ultra-libéral contraire aux droits des travailleurs. Par conséquent, sa défaite aux élections est une victoire pour la classe ouvrière.

Cependant, comme le souligne SEN dans une note, le vote critique pour Lula ne signifie pas un soutien au projet de conciliation de classe présenté par le PT et ses alliances avec la bourgeoisie.

"Ayant remporté cette importante victoire avec la défaite de Bolsonaro, nous appelons toute la classe ouvrière, les autres centrales syndicales et organisations de notre classe: maintenant c'est un combat!", évalue Atnágoras Lopes, membre du SEN.

"Bolsonaro n'est pas fini. Le résultat des élections démontre également qu'ils seront forts au Congrès et à travers le pays dans plusieurs États et municipalités. Ce n'est qu'avec l'organisation et la lutte des travailleurs qu'il sera possible, en fait, d'imposer une défaite au projet réactionnaire de l'extrême droite, ainsi que de garantir l'autodéfense de notre classe. Par rapport au gouvernement Lula-Alckmin, nous ne pouvons placer aucune confiance ni nourrir d'illusions, car c'est encore un gouvernement de conciliation de classe avec nos ennemis: la bourgeoisie».

«Il est nécessaire de garantir l'indépendance de classe vis-à-vis des gouvernements et des employeurs et de préparer notre organisation et notre mobilisation contre toute attaque contre les travailleurs, ainsi que de lutter pour nos revendications, telles que la révocation des réformes du travail, de la sécurité sociale et la réforme du lycée, la fin des privatisations, l'abandon de la réforme administrative, le rejet de la thèse du cadre temporel contre les territoires indigènes, entre autres. Maintenant c'est un combat! », a-t-il conclu.

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram