laboursolidarity.org
Banner Ukraine FR Banner Ukraine FR
Les mineurs ukrainiens gagnent, mais la victoire semble de courte durée
Ukraine

Les mineurs ukrainiens gagnent, mais la victoire semble de courte durée

  • Facebook
  • Twitter

Solidaires (CM)

Le 6 octobre, le ministère ukrainien de l'énergie a licencié Trotsko suite à la pression exercée par une délégation de grévistes qui a rendu visite au ministre de l'énergie à deux reprises. Mais certains travailleurs de la mine et le représentant syndical craignent que ce ne soit pas la fin de leur lutte contre ce qu'ils considèrent comme une tentative continue de corruption pour prendre le contrôle de la mine.

«Ce n'est pas une victoire. La victoire, c'est quand on extrait 1 000 tonnes de charbon de plus. Toute cette [situation] était un malentendu «, a déclaré Volodymyr Yurkiv, l'ancien directeur de la mine, qui a été rétrogradé au poste d'ingénieur en chef pendant la période de grève. Au cours du mois de grève, la mine aurait pu gagner cinq millions de hryvnias (126 000 euros), a ajouté Yurkiv.

Les travailleurs de la mine n° 9 se sont battus pour que M. Yurkiv  qui a été rétabli dans ses fonctions de directeur par le ministère le 8 octobre après le licenciement de M. Trotsko – reste en poste, car ils se disaient être entièrement satisfaits de sa gestion. Mais Mykhailo Volynets, un député ukrainien qui est également président du syndicat indépendant des mineurs ukrainiens, fait partie de ceux qui pensent que Yurkiv pourrait être licencié une fois de plus. Il a déclaré à OpenDemocracy que les derniers événements «ne sont pas la fin de cette histoire».

«Cela va se reproduire», a déclaré Volynets, affirmant que le ministère de l'énergie va tenter de nommer un nouveau directeur à la mine n°9 pour la troisième fois. Volynets pense qu'il y a toujours des corrompus au sein du ministère ukrainien de l'énergie, affirmant que les récentes nominations de nouveaux directeurs ont été faites au nom du smotriashchiy [un terme désignant le réseau de superviseurs officieux corrompus du secteur du charbon ukrainien].

«Le smotriashchiy, ainsi que certains employés ministériels, ont cherché d'autres candidats prêts à accepter le poste de directeur [de la mine n° 9], mais ils ont peur que les [travailleurs] ne les laissent pas entrer», explique Volynets. «Ces renégats corrompus ne se sont pas calmés. Ils ne permettront pas à Yurkiv de rester au poste de directeur», a déclaré Volynets. «J'aimerais que cela ne se produise pas, surtout en temps de guerre. Parce que cela sape la confiance des gens dans les institutions de l'État», a-t-il déclaré.

M. Volynets considère que la tension actuelle à Novovolynsk est liée au fonds de 2,5 milliards de hryvnias (67 millions d’euros) mis en place par le gouvernement ukrainien pour l'achat de charbon pour la saison hivernale de chauffage de cette année, qui risque de mettre à rude épreuve les systèmes de chauffage du pays.

L'incertitude permanente

Bien que les travailleurs de la mine n° 9 aient repris l'extraction du charbon dès que le ministère a émis l'ordre de licencier Trotsko, ils sont épuisés par l'incertitude permanente, a déclaré Yurkiv.

Les tensions ont été exacerbées par le fait que les employés n'ont pas encore reçu leur salaire du mois d'août, selon Yurkiv. Bien que le ministère des finances ait envoyé l'argent pour leurs salaires au bureau local des finances publiques, il a été renvoyé après que Trotsko ait ordonné que les salaires ne soient pas payés sans sa signature.

Vasyl Hura, chef de la section syndicale des mineurs de Novovolynsk, pense que les mineurs du n° 9 continueront à se battre si nécessaire. C'est la deuxième fois ces derniers mois que les mineurs de Novovolynsk s'opposent à la nomination d'un nouveau directeur. En août, ils avaient bloqué l'accès à la mine n° 9, refusant de laisser entrer Viktor Herashchenko, qui venait d'être nommé directeur. Il a ensuite démissionné, n'ayant pas pu entrer dans la mine.

Les mineurs ont allégué qu'Heraschenko était lié à une enquête sur un détournement de fonds concernant un contrat d'État dans une autre mine. À l'époque, Herashchenko, dont le nom n'est pas mentionné dans l'enquête, a déclaré à OpenDemocracy qu'il n'avait rien à voir avec le détournement de fonds. Il est devenu ingénieur en chef à la mine de Buzhanka plusieurs semaines après la signature du contrat faisant l'objet de l'enquête, a-t-il déclaré.

Le ministère a refusé d'expliquer ses décisions aux employés des mines ou aux médias. Ni le ministre Halushchenko ni Andriy Syniuk, le directeur du département de l'industrie du charbon du ministère, n'ont répondu à la demande de commentaire d'OpenDemocracy. Pavlo Holota, directeur adjoint de la lutte contre la corruption de la mine n° 9, a déclaré que la plupart de ses lettres d'inquiétude adressées au ministère sont restées sans réponse, affirmant que la direction du ministère n'a pas informé la mine de ses projets à plusieurs reprises.

Serhiy Trotsko nie avoir un agenda caché et affirme avoir été nommé par le ministère pour augmenter la rentabilité de la mine. On ne voit pas très bien comment la mine pourrait augmenter ses bénéfices puisqu'elle est en liquidation depuis plusieurs années, ayant presque épuisé ses réserves de charbon.

S'adressant à OpenDemocracy, Trotsko a déclaré : «Le ministre m'a licencié et je suis d'accord avec sa décision». Il a ajouté qu'il avait engagé la société de sécurité privée pour sa propre sécurité et pour protéger les biens de la mine.

Selon une source locale, Trotsko a depuis pris un poste officieux de conseiller auprès du nouveau directeur de Nadiya, une autre mine locale de la région de Lviv, où il y est vu quotidiennement depuis son licenciement de la mine n° 9.

Parallèlement aux tentatives de changement du directeur de la mine n° 9, les directeurs de deux autres mines publiques de l'ouest de l'Ukraine ont également été remplacés récemment. En septembre, plusieurs travailleurs de Nadiya ont mené une grève contre leur nouveau directeur, mais ils ont finalement mis fin à la grève en raison du manque de réaction des autorités.

Selon une source au fait de la situation, le nouveau directeur de la mine de Nadiya a réembauché en tant qu'ingénieur en chef adjoint un ancien chef de section qui avait déjà été reconnu coupable du vol de 87 tonnes de charbon dans la mine.

Cette source a déclaré à OpenDemocracy que des signes indiquent déjà que des «pratiques non officielles» de vente illégale de charbon sont en place à la mine de Nadiya. En septembre, un député local, Ihor Guz, a appelé le Premier ministre Denys Shmyhal à «réguler le conflit» à la mine n°9.

Lorsque openDemocracy a demandé au bureau de Zelenskyi de commenter la situation de l'industrie charbonnière de l'ouest de l'Ukraine, le bureau a répondu que le président n'est pas en mesure de commenter les événements en dehors de la guerre ou des relations internationales de la Russie.

21 octobre 2022

Kateryna Semchuk

Publié par OpenDemocracy

Traduction Patrick Le Tréhondat

Voire également : Les mineurs bravent l'interdiction de manifester pour se mettre en grève

  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube
  • Instagram