Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 24 juin 2021

 
 

 

South African Federation of Trade Unions, SAFTU, [Fédération de syndicats sud-africains] : grève générale du 24 février 2021

Accueil > International (Fr) > Afrique > South African Federation of Trade Unions, (...)

La pandémie de Covid-19 a mis à nu les inégalités de l’Afrique du Sud, à un moment où notre pays était déjà en train de s’effondrer. À la SAFTU, nous ne nous contenterons pas de rester les bras croisés pendant que notre économie s’effondre, que nos communautés souffrent et que l’avenir de nos enfants est volé !

La lutte contre la pandémie n’a pas uni les Sud-Africains, « nous sommes tous touchés ». Elle nous a divisés davantage. Dans ce qui est déjà le pays le plus inégalitaire du monde, les riches capitalistes se sont enrichis, tandis que la classe ouvrière est maintenant beaucoup plus pauvre.

Il est temps de riposter ! Nous devons mener la bataille dans la rue pour nos emplois, nos moyens de subsistance et nos droits démocratiques. En décembre 2016, six de nos syndicats affiliés ont soumis une notification au NEDLAC [Conseil National pour le Développement Économique et le Travail] en vertu de l’article 77 pour demander que la crise du chômage soit résolue. Ils ont également exigé que le gouvernement instaure un système d’éducation publique gratuit, obligatoire, décolonisé et de haute qualité. Ils ont demandé que les lois du travail qui étaient censées saper le droit de grève et les piques de grève des travailleurs (durement acquis) soient annulées.

Le 9 février, ces syndicats ont soumis un avis en vertu de l’article 77 (1) (d) au NEDLAC pour donner un préavis de quatorze jours sur leur intention d’entamer une grève le 24 février 2021. Ce préavis est ce qui protège tous les travailleurs qui souhaitent participer à la grève. Cela signifie qu’aucun employeur ne peut s’en prendre ou pénaliser un travailleur qui choisit de participer à la grève, que ce travailleur soit membre d’un autre syndicat ou non. Tout travailleur qui choisit de participer à la grève bénéficie d’une protection juridique.

Mais il ne s’agit pas seulement d’une grève de travailleurs salariés. Nous nous efforçons de construire l’unité la plus large possible avec les formations ouvrières, en sachant très bien que les syndicats qui se battent seuls ne gagneront pas ! Les chômeurs seuls ne gagneront pas ce combat ! Les autres organisations de la société civile ne gagneront pas en luttant seules ! Nous avons plus que jamais besoin d’unité !

Nous organisons un Sommet de la classe ouvrière jeudi à 10 heures pour consolider cette unité en action. Nous appelons toutes les formations de la classe ouvrière à nous rejoindre par le biais d’un webinaire : ID 823 1158 9216 le code est : 321306
Nous demandons à tous les travailleurs du pays d’observer l’arrêt de travail le 24 février 2021.

Voici nos exigences :

Reformez l’économie et construisez une société égalitaire !
Avant même la Covid-19, nous étions confrontés à une pandémie économique caractérisée par une montée en flèche du chômage, une pauvreté extrême et des inégalités criantes. Le capitalisme sud-africain a rétabli son taux de profit autrefois élevé grâce aux politiques d’austérité, de privatisation, d’assouplissement du contrôle des changes, de croissance à tout prix tirée par les exportations et de destruction de l’environnement menées le tout par l’ANC. Pendant ce temps, le système était incapable de répondre aux besoins les plus fondamentaux de la population.
Covid-19 a détruit 2,2 millions d’emplois, et plus de cinq millions d’entre nous ont été réduits au désespoir le plus total, sont désormais définis comme « économiquement inactifs ». La pauvreté et la faim sont très répandues.
Le capitalisme abandonne la classe ouvrière et les pauvres, non pas par défaut, mais à dessein. Il prospère lorsqu’il existe une armée de réserve de travailleurs au chômage, lorsqu’il y a discorde et désunion entre la classe ouvrière et les pauvres, et lorsque l’État prend le parti du capital pour accroître l’exploitation et saper les libertés civiles.

Les patrons se servent de Covid comme d’une excuse pour réduire les salaires et aggraver les conditions de travail. De plus en plus d’emplois deviennent précaires par le biais de la sous- traitance, des contrats à zéro heure [1] ou du faux statut d’indépendant. Alors que les travailleurs luttent contre ces attaques, leur principale arme défensive, les syndicats, sont attaqués par les patrons, qui utilisent des lois adoptées récemment par le gouvernement de l’ANC qui rendent presque impossible l’exercice du droit constitutionnel de grève et des piquets de grève des travailleurs.

Nous exigeons une nouvelle économie

  • Réorganisez toute la vie économique sur la base d’une économie démocratiquement planifiée !
  • Construisez une démocratie socialiste où l’économie est sous la propriété, la gestion et le contrôle communs de la classe ouvrière !
  • Nationalisez les industries stratégiques monopolistiques, les banques et les sociétés minières, sous le contrôle et la gestion démocratiques des travailleurs et des communautés, et renationalisez ArcelorMittal et Sasol !
  • Mettre fin au patriarcat, à la xénophobie, au sectarisme ethnique et à la discrimination fondée sur la race, le sexe, l’orientation sexuelle, l’âge ou le handicap !
  • Unissez-vous aux classes ouvrières et aux pauvres du monde entier dans une lutte pour une planète socialiste !
  • Un salaire minimum vital pour tous les travailleurs ! Aucun travailleur ne doit finir avec moins de 12 500 Rands !
  • Réduisez les salaires, les primes et autres avantages des patrons, réimposez un taux d’imposition des sociétés de 50% et mettez fin aux flux financiers illicites !

Un moratoire sur toutes les pertes d’emploi !
Sauvegarder et pourvoir tous les postes vacants dans le secteur public pour le bien de tous !

Un programme massif de travaux publics !
Créer plus d’emplois dans l’agriculture et la pêche pour protéger la souveraineté alimentaire !

Employer et former plus d’inspecteurs de la santé et de la sécurité !

  • Mettez fin à l’externalisation et accélérez l’internalisation du personnel dans le Programme élargi de travaux publics [2] , des soins de santé communautaires, de la petite enfance et des emplois des travailleurs de la construction à base communautaire !
  • Apporter un soutien aux travailleurs de l’économie informelle et aux chômeurs ! Abroger les amendements pro-capitalistes concernant les règles de vote et de piquet lors des grèves !
  • Démocratiser le Conseil national du développement économique et du travail et permettre au SAFTU, aux autres formations ouvrières et à la société civile progressiste d’ y participer pleinement !
  • Cessez toutes les manigances qui empêchent la participation démocratique et indépendante des syndicats dans le secteur public et les conseils de négociation para+étatiques !

Améliorez nos conditions de vie ! Ramenez notre terre !

  • Récupérez toutes les terres prises aux communautés par l’agrobusiness et les maisons minières !
  • Inverser les dépossessions et les pillages historiques de terres par les colons, par l’expropriation sans compensation, en donnant aux communautés - en particulier aux femmes et aux jeunes - les meilleures terres pour vivre et qui serviront aux générations futures !
  • Mettez fin aux expulsions de fermes, des occupations de terres et de maisons !
  • Libérez les terres urbaines - en particulier dans les zones bien situées et sous-utilisées, comme les bureaux de plus en plus vides - et fournissez des ressources pour construire des maisons (avec électricité, eau et installations sanitaires modernes), de bonnes écoles et crèches, des cliniques, des centres communautaires, des transports publics et des installations de loisirs !
  • Lancer un vaste programme de construction de logements locatifs et coopératifs fournis par l’État, et en ce qui concerne les logements du secteur privé, réglementer tous les loyers, garantir la sécurité de leur occupation, poursuivre les propriétaires qui maltraitent les locataires, mettre fin à la reprise des maisons par les banques et interdire le « redlining » [3] où les prêts sont refusées !
  • Sauvez notre planète et réduisez les gaz à effet de serre grâce à une véritable transition efficace !
  • Développez de toute urgence un « New Deal vert » qui réduise rapidement les émissions de CO2 et de méthane, garantisse la conservation de notre patrimoine naturel pour les générations actuelles et futures, nous rende plus résistants aux menaces environnementales (y compris les zoonoses comme le Covid-19) et compense financièrement les victimes de sécheresses, d’inondations, de tempêtes extrêmes, d’incendies et d’extinction d’espèces de plus en plus graves, qui sont le reflet de la calamité du changement climatique !
  • Développer une véritable transition juste avec la création massive d’emplois et un environnement plus sain, en protégeant les intérêts des travailleurs dans les secteurs de l’énergie, des mines, des fonderies, de l’automobile et des industries connexes, dans l’agriculture à forte intensité de CO2/méthane, dans le tourisme et dans les communautés ouvrières qui sont devenues dépendantes de l’économie à forte intensité de carbone !
  • Passez aux énergies renouvelables qui ne devraient pas être privatisées mais placées sous la propriété, le contrôle et la gestion de la classe ouvrière et des communautés, tout en préservant et en créant des emplois et en donnant du pouvoir aux travailleurs et aux communautés !
  • Pas de privatisation ni de démantèlement d’Eskom [4] , et mettre fin aux coupures d’électricité et aux délestages, aux « réductions de charge » et aux déconnexions !

Augmenter le salaire social et assurer le financement des soins de santé publics

  • Intensifier les politiques de redistribution ! La part du PIB de l’Afrique du Sud consacrée aux dépenses sociales publiques est de 8% (moins de la moitié de celle du Brésil et un quart de celle de la Finlande et de la France)
  • Introduire d’urgence une allocation de revenu de base de 1500 R, augmenter le niveau des autres allocations sociales pour éliminer la pauvreté, et soutenir les communautés locales et les personnes défavorisées de la société !
  • Mettre fin à l’inégalité du système de santé à deux vitesses selon les classes, les races et les régions !
  • Instaurer des emplois dans le secteur de la santé, veiller à ce que les travailleurs disposent d’équipements de protection et à ce que leur rémunération soit à la hauteur de leurs compétences et de leur dévouement !
  • Nationalisez les soins de santé et mettez en place un système national d’assurance maladie !
  • Tester, suivre et tracer pour stopper le Covid-19, et s’assurer que tous les espaces publics et les transports publics sont sûrs, avec une aide suffisante aux conducteurs de taxi pour assurer la distanciation sociale !

Une éducation publique gratuite, décolonisée et de qualité !

  • Mettez fin au système d’éducation à deux vitesses inégalitaire selon les classes, les races et les zones géographiques !
  • Construisez un service d’éducation complet, de haute qualité et de même niveau, avec un programme qui permette à nos jeunes d’être des citoyens actifs et politiquement conscients ! Former nos éducateurs !
  • Formez davantage d’apprentis et de stagiaires, offrez des emplois sûrs et mettez fin à la discrimination à l’égard des jeunes femmes et des personnes handicapées !

Construire et entretenir des équipements sociaux et sportifs financés par l’État !

  • Proposer aux jeunes délinquants des alternatives aux prisons pour adultes et leur offrir un programme de « rattrapage » en matière d’éducation et de citoyenneté ! Mettre fin à la corruption et au crime !
  • Mettre un terme à la fraude généralisée liée aux contrats et aux appels d’offres en matière de marchés publics et de conseil (avec leurs 35 % de surfacturation) et employer directement les travailleurs du service public plutôt que de recourir à la sous-traitance !
  • Arrêtez et poursuivez tous les responsables de la fraude et de la corruption, mettez fin à la criminalité d’entreprise en col blanc en Afrique du Sud, qui est la plus importante au monde, y compris les flux financiers illicites annuels estimés à 400 milliards de dollars, et mettez en œuvre les recommandations du juge Dennis Davis [5] pour mettre fin à la fraude fiscale !
  • Mettre nos rues à l’abri des gangsters, des trafiquants de drogue et des criminels violents en augmentant rapidement les taux d’arrestation et de condamnation !
  • Mener un audit complet de la police et éradiquer les éléments racistes, sexistes et liés aux gangs !

Une société non-raciale, non-sexiste, démocratique et socialiste !

  • Agissez contre le racisme et le patriarcat, que ce soit dans les foyers, les bureaux ou les lieux de pouvoir social encore dominés par des hommes blancs et des hommes aux valeurs démodées, et mettez fin à la violence domestique fondée sur le sexe, au viol, au harcèlement sexuel et aux crimes de haine !
  • Mettez fin aux discriminations fondées notamment sur l’homophobie, la transphobie et les déséquilibres de pouvoir entre les sexes !
  • Soutenez la décommodification [6] des arts, de la culture, des médias, des sports et des loisirs des gens, et lancez-vous dans une nouvelle ère Ubuntu [7] d’entraide, de respect et de dignité, en valorisant nos héritages indigènes progressistes !
  • Inverser toutes les tendances antidémocratiques, irresponsables et totalitaires qui se sont infiltrées dans l’État sud-africain, les agences de renseignement, l’appareil de sécurité et la culture politique !

Il est temps pour la classe ouvrière de riposter ! Ne gémissez pas ! Mobilisez-vous ! Mettez-vous à l’écart [du travail] le 24 février 2021

Le 16 février 2021

Notes

[1Le contrat zéro heure (Zero-hour contract) permet à l’employeur de ne pas mentionner dans le contrat aucune indication d’horaires ou de durée minimum de travail. Le salarié est rémunéré uniquement pour les heures travaillées, et doit pouvoir se rendre disponible à n’importe quel moment de la journée. NdT.

[2Le gouuvernement sud-africain a instauré en 2004 le Programme élargi de travaux publics (Expanded Public Works Programme, EPWP), qui propose des stages de formation professionnelle et pratique de courte durée. NdT.

[3Le redlining est une pratique discriminatoire consistant à refuser ou limiter des prêts bancaires aux populations situées dans des zones géographiques déterminées. NdT.

[4Eskom est une compagnie sud-africaine de production et de distribution d’électricité. NdT.

[5Le juge Davis est réputé pour lutter contre la fraude fiscale et la corruption. NdT

[6En économie politique, la decommodification est le degré d’immunisation des citoyens dans leur soumission au marché. Ici il s’agit de rompre avec les régles du marché dans les domaines cités. NdT.

[7Héritage de Nelson Mandela. NdT.

Portfolio


Traduction de Patrick Le Tréhondat