Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Mobilisation des syndicats britanniques en soutien à l’Ukraine

Accueil > International (Fr) > Europe > Mobilisation des syndicats britanniques en (...)

Des syndicats représentant de toute la Grande-Bretagne sont descendus dans les rues de Londres le 9 avril pour manifester leur solidarité avec l’Ukraine. La Campagne de solidarité avec l’Ukraine a présenté cette manifestation comme un moment historique, où pour la première fois le mouvement syndical britannique prenait fait et cause pour l’Ukraine. Huit syndicats, dont le syndicat GMB, le syndicat des conducteurs de train ASLEF, le syndicat national des mineurs (NUM), le syndicat du personnel des transports TSSA et le syndicat des travailleurs de la communication (CWU), ont convergé vers Downing Street pour faire entendre leur voix.
En Ukraine, la Confédération des syndicats libres et la Fédération des syndicats d’Ukraine ont officiellement soutenu la manifestation, tout comme le Syndicat indépendant des mineurs d’Ukraine et le Syndicat libre des cheminots d’Ukraine, qui ont été les premiers à résister à l’invasion russe.

Les cheminots figuraient, malheureusement, parmi les morts lorsqu’un missile russe barbare a tué 52 personnes le 8 avril [bombardement de la gare de Kramatorsk].
Des slogans tels que « Arrêtez Poutine, arrêtez la guerre » et « Les réfugiés sont les bienvenus ici » ont été entendus lors du rassemblement, qui a débuté sur Parliament Square, s’est dirigé vers Victoria Embankment et s’est terminé à portée de voix de la résidence du Premier ministre à Downing Street, où des discours ont été prononcés.
Plus de 500 personnes se sont présentées, mais le journaliste Paul Mason a déclaré que les personnes présentes devraient être fières d’elles. « Nous avons une petite foule, mais les syndicats que nous représentons représentent plus de 2 millions de travailleurs ».

Pete Radcliff, organisateur de la campagne de solidarité à Nottingham, a déclaré : « Nous devons nous assurer que la prochaine manifestation ne comptera pas 500 ou 1 000 personnes, mais des dizaines de milliers et des centaines de milliers. Nous savons que le soutien et la solidarité avec le peuple ukrainien existent dans le mouvement syndical, et nous devons nous appuyer dessus. »

M. Radcliff a déclaré qu’il y avait une grave crise à la gauche de l’échiquier politique britannique. « Nous avons des gens qui croient que la Russie est anti-impérialiste. Ils oublient les nombreuses guerres menées par Poutine - Grozny en Tchétchénie qui a été rasée - en Syrie, avec le tyran Assad, il a assassiné jusqu’à 500 000 personnes. Nous savons ce qu’est Poutine. »

« La gauche et les gens du mouvement travailliste doivent en prendre conscience et agir en conséquence. Ce n’est pas la guerre de l’OTAN. C’est la guerre de Poutine, et quiconque propage le mensonge selon lequel il s’agit d’une guerre d’expansionnisme de l’OTAN fait le sale boulot de Poutine pour lui. »

Nadia Edith Whittome, députée travailliste de Nottingham East, a déclaré : « Poutine a commis des crimes de guerre - nous devons condamner sans équivoque son régime dans les termes les plus forts. Nous sommes ici aujourd’hui pour dire au peuple ukrainien que le mouvement syndical est à ses côtés contre la guerre non provoquée de Poutine. Nous sommes à leurs côtés dans leur lutte pour la démocratie, pour l’autodétermination, pour vivre leur vie en paix. Nous sommes également ici aujourd’hui pour soutenir les manifestants anti-guerre russes. Ils risquent la prison et la persécution pour leurs actions, mais ils entreront dans l’histoire comme des héros. »
Mme Whittome a critiqué les politiciens conservateurs pour avoir reçu des dons importants d’oligarques russes. Elle a également demandé que les réfugiés d’Ukraine soient mieux accueillis.

Elle a ajoouté : « Une fois que les gros titres sont passés à autre chose, que notre gouvernement a perdu tout intérêt, nous devons nous engager à rester solidaires du peuple ukrainien sur le long terme. Car je sais que, quel que soit le temps que cela prendra, Poutine perdra cette guerre. Le peuple ukrainien n’abandonnera pas tant qu’il ne sera pas libre. »

Chris Kitchen, secrétaire général de la National Union of Mineworkers, a déclaré que ses membres pesaient de tout leur poids pour soutenir l’Ukraine. « Nous soutenons le peuple ukrainien afin qu’il puisse reconquérir ses droits et son pays, ce qui est le droit de chacun. Nous devrions leur apporter une aide militaire et humanitaire. Les atrocités que nous voyons sur nos nouveaux rapports ne peuvent être permises. »

John Moloney, secrétaire général adjoint du syndicat Public and Commercial Services, a déclaré que le rassemblement était une démonstration physique de solidarité et que son syndicat était l’un des principaux instigateurs de la manifestation.
Il s’inquiète du fait que les réfugiés fuyant l’Ukraine ne sont pas tous traités de la même manière. « Lorsque nous tiendrons notre prochaine réunion de l’exécutif national, nous voulons inviter le State Employee Union of Ukraine à nous rejoindre sur le zoom », a-t-il déclaré.

Ian Murphy, secrétaire régional du Syndicat des travailleurs de la communication et Vinnie Micallef, secrétaire de branche du CWU d’East London, ont déclaré que leurs membres avaient collecté des fonds et des dons pour de l’aide humanitaire. M. Micallef a déclaré : « Nous sommes solidaires du peuple ukrainien ».

Vicky Blake, présidente de University and College Union, a déclaré que depuis le début de la guerre, cinq millions et demi d’enfants ont vu leur éducation perturbée et deux millions ont quitté l’Ukraine. « Nous soutenons les syndicats de l’éducation en Ukraine et notre exécutif national demande le retrait des troupes russes en Ukraine », a-t-elle déclaré.

Barbara Plant, présidente du GMB, qui représente plus de 600 000 travailleurs, a déclaré : « Nous sommes solidaires de l’Ukraine, qui est dans nos pensées, nos cœurs et dans nos prières. Le GMB s’oppose à la guerre de Poutine, et nous saluons également les Russes courageux qui s’opposent à la Russie de Poutine. Des millions d’Ukrainiens ont fui leur foyer en craignant pour leur vie et se sont rendus dans des pays européens. Nous devons leur offrir un refuge sûr et le gouvernement conservateur doit leur montrer qu’ils sont les bienvenus. » Marko Bojcun, professeur d’université à la retraite, a demandé le retrait des forces russes et des sanctions plus sévères. Il a déclaré : « Nous nous battons pour notre existence et le droit à l’autodétermination. La Russie devra payer, et l’Ukraine vaincra. » Iryna de Sibérie a dit qu’elle voulait un président légitime, pas un criminel. « Je déteste être russe en ce moment. Poutine massacre des milliers d’innocents sous prétexte de ’dé-nazification’. Qu’est-ce que c’est ? Quelqu’un peut me le dire ? Poutine dit ouvertement que l’Ukraine n’est pas une vraie nation. Je veux une véritable opposition en Russie, avec une liberté d’expression sans crainte d’être arrêté. Je veux qu’ils aillent à Bucha et Mariupol, qu’ils se mettent à genoux et s’excusent. »

Le journaliste Paul Mason a déclaré que lorsque l’on regarde les victimes de l’attaque de la gare de Kramatorsk, où 52 personnes ont été tuées, beaucoup de civils étaient des Ukrainiens de la classe ouvrière. « Ce sont les travailleurs et les agriculteurs qui sont victimes de cette guerre », a-t-il déclaré. « Nous devons mettre des armes entre les mains des Ukrainiens pour soutenir le peuple ».

Le très connu militant Peter Tatchell a déclaré que la guerre était une lutte entre la démocratie ukrainienne et le fascisme russe. Comparant cette guerre à la guerre civile espagnole, Tatchell a déclaré : « C’est une guerre du peuple où la Russie doit être vaincue. La Russie est dirigée par un Führer moderne, et le FSB est comme une Gestapo moderne. Je n’aime pas la guerre, mais dans cette circonstance extrême, armer l’Ukraine est la seule chose morale à faire. »

Christopher Ford, organisateur de la Campagne de solidarité avec l’Ukraine, a déclaré : « Nous devons exproprier tous les actifs et biens oligarchiques russes pour payer la reconstruction de l’Ukraine.

L’Ukraine doit recevoir les armes nécessaires pour libérer l’ensemble de son territoire. Nous devons soutenir une paix juste, et nous opposer à toute partition, qui apparaît comme une position d’apaisement. L’Ukraine est un seul pays, de Lviv à Luhansk, de la Crimée à Kharkiv. En 1946, des criminels de guerre nazis ont été pendus sur Maidan. Poutine doit faire face à la justice et l’armée russe doit être vaincue en Ukraine. »

Elke Day portait une banderole sur laquelle on pouvait lire « Des rubis pour les Tories - des gravats pour l’Ukraine ». Elle a déclaré : « Je suis solidaire de l’Ukraine. Ils se battent pour notre liberté, ils risquent leur vie pour nous. »

Alison Cameron, traductrice indépendante, qui avait travaillé à Tchernobyl après la catastrophe nucléaire, et participé à l’acheminement de la terre contaminée pour qu’elle soit analysée au Royaume-Uni, a déclaré : « La communauté biélorusse soutient l’Ukraine et collecte des fonds pour acheter des véhicules pour l’armée. »

Mick Antoniw, conseiller travailliste de la ville de Pontypridd, qui n’a pu être présent, a déclaré : « Pour moi, cette manifestation est une percée historique. Le fait qu’elle soit soutenue par certains des syndicats ukrainiens est le début d’une toute nouvelle relation. » Antoniw, le conseiller général du Pays de Galles, qui a des origines ukrainiennes, a déclaré : « Les syndicats russes devraient être expulsés de toutes les organisations syndicales internationales. Ils n’opèrent plus librement, et les syndicats britanniques et européens devraient maintenant renforcer leur alliance avec l’Ukraine. »

Voir en ligne :
Publié par Galaxyconcern

11 avril 2022
Grace Roy
Traduction Patrick Le Tréhondat