Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 27 novembre 2021

 
 

 

Mexique : les sociétés minières mettent en danger les terres et les vies des Yaqui

Accueil > International (Fr) > Amériques > Mexique : les sociétés minières mettent en (...)

"Ce sont des membres de la famille, des amis, des camarades, des justiciers (police communautaire) et des membres de notre communauté yaqui de Loma de Bácum", écrit Carmen García, épouse de Fidencio Aldama, prisonnier politique yaqui, en référence à la disparition de 10 membres de la communauté le 14 juillet.

Guadalupe Flores Maldonado, membre de la Tropa Yoemia, indique que la violence actuelle dans le sud de la région de Sonora existe depuis 2016, "quand les compagnies minières sont arrivées", et replace la vague d’enlèvements de membres de la tribu dans ce contexte. "Ils sont vivants", ajoute-t-il, interrogé par le site Desinformémonos.

La tribu accuse les entreprises, et non le crime organisé, bien que celui-ci soit également actif dans la région. "Nous accusons les compagnies minières de collusion avec le gouvernement. Ils veulent nous utiliser comme esclaves, ils corrompent les gens et les menacent", dit Flores.

L’accusation est grave. Ce que la communauté vit est une terreur créée pour que les indigènes abandonnent leurs terres. "Ils ont des affrontements avec l’armée et les gens partent. Ils nous ont dit la même chose, mais ils ne vont pas nous faire partir, nous défendons nos vies et notre territoire", prévient l’interviewé.

L’arrivée de plus de 10 entreprises minières dans la région coïncide avec l’imposition, en 2016, d’un gazoduc à Loma de Bácum, auquel la communauté s’est opposée jusqu’à ce qu’elle obtienne une injonction contre la construction d’un pipeline souterrain de 90 kilomètres. Ce mégaprojet a entraîné des divisions au sein de la communauté, la répression, des menaces et l’emprisonnement politique de Fidencio Aldama, qui fait actuellement l’objet d’une procédure judiciaire entachée d’irrégularités.

En 2016, la tribu a rejeté les projets d’exploitation minière, car elle mettait en danger l’eau rare de leur peuple, comme pour l’aqueduc Independence construit au profit des entreprises d’Hermosillo.

Aujourd’hui, la violence semble irrépressible. L’arrivée de l’armée n’est rien d’autre qu’une menace pour les communautés. "L’intrusion des militaires génère des conflits internes et crée de l’animosité au sein de notre peuple pour justifier l’entrée des forces répressives", déplore M. Flores.

Voir en ligne :
La Jornada

Gloria Muñoz Ramírez
La Jornada, 24 juillet 2021