Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 21 octobre 2021

 
 

 

Italie : le 11 octobre, grève unitaire à l’appel du syndicalisme de base !

Accueil > International (Fr) > Europe > Italie : le 11 octobre, grève unitaire à (...)

Contre les licenciements et la boucherie sociale, l’ensemble du syndicalisme de base s’unit et appelle à la grève générale dans les secteurs privés et publics de tout le pays pour toute la journée du 11/10/2021.

Les licenciements chez Ginetti Gomme, GKN et Whirpool s’ajoutent aux milliers de licenciements dans les petites entreprises qui n’ont pas fait la une des journaux nationaux, et viennent s’ajouter aux plus de 900 000 travailleurs et travailleuses licencié∙es ces derniers mois. Le déblocage des licenciements, signé avec la complicité des confédérations CGIL-CISL-UIL, est inextricablement lié aux plans de restructuration capitalistes mis en place par les patrons à travers les directives du gouvernement Draghi et de l’Union européenne.

La poursuite de la crise pandémique, avec l’impact social dramatique qu’elle a déjà eu tant sur la santé que sur les conditions de vie, de travail et de salaire, n’a pas empêché les patrons d’intensifier l’exploitation dans les secteurs privé et public : Le rythme de travail et le contrôle s’intensifient, les formes les plus sauvages de précarité prolifèrent et, avec l’alibi d’une crise qui n’est souvent qu’apparente, les entreprises agitent le spectre des licenciements massifs pour délocaliser et/ou favoriser le remplacement de la main-d’œuvre stable par des masses de jeunes surexploités et sous-payés.

La crise de la pandémie a mis en évidence de façon dramatique l’effondrement du système de santé causé par une politique de coupes budgétaires et de privatisation qui dure depuis des décennies, ainsi que la destruction des services sociaux (éducation, transports, crèches, etc.). Le gouvernement Draghi, loin d’inverser cette tendance, continue à l’alimenter, comme en témoignent la libéralisation de la sous-traitance et l’utilisation des fonds PNRR (Plan national de relance et de résilience de la Commission européenne) , dont la plupart sont destinés aux patrons et aux spéculateurs, premiers responsables de la crise économique et du désastre sanitaire et social auxquels nous avons assisté en cette année et demie de pandémie.

L’intolérable escalade de la répression contre les grèves et les luttes sociales, avec des inculpations policières, des dénonciations systématiques et des ordres de confiscation, légitime en réalité la violence et l’agression contre les travailleurs et les militants syndicaux par les escadrons patronaux dont nous avons été témoins ces dernières semaines et qui ont conduit au meurtre du syndicaliste Adil Belakhdim.

Face à ce scénario, il est urgent d’apporter une réponse décisive, unie et coordonnée à l’échelle nationale. Pour cette raison, nos syndicats unis appellent à une grève générale dans tous les secteurs privés et publics pour toute la journée du 11 octobre 2021.

Dès maintenant et jusqu’au 18 octobre, nous travaillerons à construire ce mouvement, avec des assemblées et des initiatives de lutte sur les lieux de travail et dans les territoires, dans le but de généraliser la mobilisation à tous les mouvements et secteurs sociaux qui entendent s’opposer aux plans de super-exploitation, de précarité, de chômage, de dévastation sociale et environnementale imposés par les patrons à l’échelle nationale et internationale : pour cette raison, nous déclarons dès maintenant notre engagement à construire les mobilisations de fin octobre contre le G-20 à Rome.

Attention

La grève aura lieu le 11 octobre, et non le 18 comme prévu initialement


Proclamation d’une grève générale dans les secteurs privé et public sur l’ensemble du territoire national pour toute la journée du 11/10/2021

Les syndicats soussignés appellent à une grève générale dans tous les secteurs privés et publics du pays pour toute la journée du 11 octobre 2021 de 00h01 à 23h59 - y compris la première équipe pour les travailleurs postés.

Pour les travailleurs des autoroutes, la grève commencera à 22h00 le 10/10/2021 et se terminera à 22h00 le 11/10/2021.
Pour les cheminots, la grève commencera à 21h00 le 10/10/2021 et se terminera à 21h00 le 11/10/2021.

La grève a été appelée contre les politiques du gouvernement Draghi et de l’Union européenne qui, à commencer par le déblocage des licenciements, la poursuite de la libéralisation de la sous-traitance et l’utilisation des fonds PNRR, constituent une gigantesque boucherie sociale aux dépens des travailleurs, des intérimaires et des chômeurs, au profit exclusif des classes dirigeantes et des spéculateurs internationaux, principaux responsables de la crise économique et du désastre sanitaire et social auquel nous avons assisté en cette année et demie de pandémie. Une offensive des gouvernements et des patrons qui s’accompagne d’une escalade intolérable de la répression contre les grèves et les luttes sociales, qui s’est traduite ces dernières semaines par des violences et des attaques répétées contre les travailleurs et les militants syndicaux. La grève générale est déclenchée pour les objectifs et les raisons suivants :

- contre le déblocage des licenciements et pour la réduction générale du temps de travail à salaire égal, afin de contrer l’attaque contre l’emploi et les salaires ;
- pour la relance des salaires, avec de fortes augmentations économiques et la mise en place d’un mécanisme de protection intégrale des salaires contre l’inflation ;
- un revenu garanti par un salaire moyen garanti pour tous les chômeurs ; pour un accès gratuit et universel aux services sociaux et pour un système de sécurité sociale unique qui garantisse une continuité effective des revenus et des salaires ;
- lutter contre l’insécurité de l’emploi et l’exploitation, abroger le Jobs Act, vaincre la sous-traitance et le dumping contractuel, et s’opposer fermement à l’utilisation inconsidérée des contrats précaires ;
- relance de l’investissement public dans les écoles, la santé et les transports, contre la privatisation, la marchandisation et le démantèlement des services publics essentiels, des secteurs clés, des services publics et des infrastructures ; contre les projets d’autonomie différenciée et les formes actuelles de régionalisation, pour l’égalité des droits et des services sur tout le territoire ;
- pour une véritable démocratie syndicale, contre le monopole des organisations syndicales concertées, pour donner aux travailleurs le pouvoir de décider qui doit les représenter ; pour le droit de grève et l’abrogation de toutes les législations répressives qui sapent et réduisent son efficacité, à commencer par le décret Salvini ;
- pour le renforcement de la sécurité des travailleurs, des systèmes d’inspection et du rôle du RLS ;
- pour la protection des travailleurs immigrés et pour un permis de séjour pour tous les immigrés ;
- contre toute forme de discrimination fondée sur le sexe et pour une égalité réelle en matière de rémunération, d’emploi et de droits des femmes sur le lieu de travail et dans la société ;
- pour la protection de l’environnement, le blocage de la production nuisible et des projets spéculatifs à grande échelle ;
- contre le G-20 de Rome et les défilés hypocrites des patrons mondiaux, pour l’unité et la solidarité internationale entre les luttes des travailleurs et des exploités.

Il appartiendra aux syndicats spécifiques du secteur d’envoyer, le cas échéant, une articulation différente de la grève telle que prévue par la réglementation en vigueur sur l’exercice du droit de grève dans les services publics essentiels, y compris les modalités des grèves à cycle continu et des grèves par équipes.

Pendant la grève générale, les services essentiels minimums seront garantis conformément à la loi 146/90 et aux modifications et ajouts ultérieurs. Il est rappelé aux institutions de veiller au respect de l’information des utilisateurs sur la grève prévue par l’art.2 alinéa 6 de la loi 146/90 et ses modifications ultérieures.

ADL COBAS - CIB UNICOBAS – CLAP- CONFEDERAZIONE COBAS – COBAS SANITA’, UNIVERSITA’ E RICERCA- COBAS SCUOLA SARDEGNA – CUB - FUORI MERCATO – SGB - SI COBAS –SIAL COBAS – SLAI COBAS S.C. – USB – USI CIT