Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Iran : Les chauffeurs routiers font grève dans plusieurs provinces

Accueil > International (Fr) > Asie > Iran : Les chauffeurs routiers font grève dans (...)

Le 4 avril, les conducteurs de camions et de véhicules lourds de la flotte de transport routier et de marchandises du pays, sur la base d’un appel annoncé précédemment dans plusieurs provinces, ont cessé de travailler et ont fait valoir leurs revendications. Selon les rapports, les protestations ont commencé le 3 avril, et les chauffeurs de camions se sont mis en grève dans villes comme Kermanshah, Téhéran, Kerman, Pol-e Dokhtar, et dans la province d’Azerbaïdjan. Le 5 avril, les protestations se sont poursuivies et les chauffeurs de camions de Hamedan ont également rejoint la grève.

Les faibles niveaux de salaires et de revenus, la montée en flèche des prix des produits de base et la baisse du pouvoir d’achat, le manque de commodités sur les routes, l’augmentation des coûts d’entretien des camions, les loyers élevés et le vol par les courtiers en transports, l’absence d’une assurance maladie efficace et l’insécurité des routes font partie des sujets de protestation des conducteurs. Ces chauffeurs réclament une augmentation de leurs salaires en fonction de la croissance réelle de l’inflation et de la hausse des prix, une assurance maladie gratuite, des pensions et des contrats sans contractants ni intermédiaires.

Les chauffeurs routiers ont mené une importante grève dans plus d’une centaine de villes en mai 2018 et leur grève a été largement soutenue par toute la société. Les expériences de la grève de 2018, les expériences de la grève nationale des enseignants au cours de l’année passée, et l’expérience du Conseil d’organisation des travailleurs contractuels du pétrole comme moyen d’unir la ligne de protestation, sont de bons exemples et des points d’appui pour renforcer et étendre la grève des chauffeurs à l’échelle nationale.

5 avril 2022

Voir en ligne :
Publié par Free Them Now

Traduction Patrick Le Tréhondat