Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


lundi, 23 mai 2022

 
 

 

Inde : la révolte des travailleuses dans une usine d’iPhone

Accueil > International (Fr) > Asie > Inde : la révolte des travailleuses dans une (...)

Pour les femmes qui assemblaient des iPhones dans une usine Foxconn du sud de l’Inde, les dortoirs surpeuplés, sans toilettes, et la nourriture parfois pleine de vers étaient des problèmes à endurer. Mais lorsque des aliments contaminés ont rendu malades plus de 250 travailleuses, leur colère a débordé, culminant en une rare manifestation qui a entraîné la fermeture d’une usine où 17 000 personnes travaillaient.

Un examen approfondi par Reuters des événements qui ont précédé et suivi la manifestation du 17 décembre jette une lumière crue sur les conditions de vie et de travail à Foxconn, une entreprise centrale dans la chaîne d’approvisionnement d’Apple. Ce tumulte intervient à un moment où Apple accélère la production de son iPhone 13 et où les actionnaires font pression sur la société pour qu’elle fournisse une plus grande transparence sur les conditions de travail chez ses fournisseurs.

Reuters a parlé à six femmes qui travaillaient dans l’usine Foxconn près de Chennai. Toutes ont demandé à ne pas être nommées par crainte de représailles sur le lieu de travail ou de la part de la police. Les travailleuses dormaient à même le sol dans des chambres qui hébergeaient entre 6 et 30 femmes, selon cinq de ces travailleuses. Deux travailleuses ont dit que le foyer dans lequel elles vivaient avait des toilettes sans eau courante.

« Les personnes vivant dans les auberges étaient toujours atteintes d’une maladie ou d’autres allergies cutanées, douleurs thoraciques, intoxication alimentaire », a déclaré à Reuters une autre travailleuses, une femme de 21 ans qui a quitté l’usine après la manifestation. Les précédents cas d’intoxication alimentaire concernaient une ou deux travailleuses, a-t-elle ajouté.

« Nous n’en avons pas fait tout un plat parce que nous pensions que cela allait être réparé. Mais maintenant, cela a affecté beaucoup de gens », a-t-elle déclaré.

L’usine Foxconn en sursis

Apple et Foxconn ont déclaré mercredi avoir constaté que certains dortoirs et salles à manger utilisés par les employées de l’usine ne répondaient pas aux normes requises. L’usine a été placée « sous surveillance » et Apple veillera à ce que ses normes strictes soient respectées avant la réouverture de l’usine, a déclaré Apple dans un communiqué.

« Nous avons constaté que certains des dortoirs et salles à manger éloignés utilisés pour les employées ne répondent pas à nos exigences et nous travaillons avec le fournisseur pour garantir la mise en œuvre rapide d’un ensemble complet de mesures correctives. »

Apple n’a pas donné de détails sur les améliorations qui seraient apportées aux travailleuses de l’usine ou sur les normes qui seraient appliquées. Les lois régissant le logement des travailleuses dans le Tamil Nadu prévoient que chaque personne doit disposer d’un espace de vie d’au moins 11m2 et que les logements doivent respecter les normes d’hygiène et de sécurité incendie définies par les autorités locales.

Foxconn a déclaré qu’elle restructurait son équipe de gestion locale et prenait des mesures immédiates pour améliorer les installations. Toutes les employées continueront d’être payées pendant que l’entreprise apporte les améliorations nécessaires au redémarrage de ses activités, a précisé l’entreprise. Venpa Staffing Services, un sous-traitant de Foxconn qui gère le dortoir où les travailleuses ont été victimes d’une intoxication alimentaire, s’est refusé à tout commentaire.

L’intoxication alimentaire et les protestations qui ont suivi ont également donné lieu à des enquêtes, dont certaines sont en cours, par au moins quatre agences de l’État du Tamil Nadu. Des fonctionnaires ont également demandé en privé à Foxconn de garantir de meilleures conditions, ont déclaré de hauts responsables du gouvernement de l’État. « C’est la responsabilité de Foxconn », a déclaré à Reuters Thangam Thennarasu, le ministre des industries de l’État du Tamil Nadu.

Le gouvernement de l’État du Tamil Nadu a déclaré la semaine dernière dans un communiqué que l’État avait demandé à Foxconn de veiller à ce que les conditions de travail et de vie soient améliorées, notamment la qualité des logements et de l’eau potable. Foxconn a accepté de veiller à ce que les conditions de vie des travailleuses suivent les recommandations du gouvernement et répondent aux exigences légales, selon la déclaration. Apple et Foxconn n’ont pas indiqué dans leurs déclarations la date de réouverture de l’usine.

Foxconn avait déclaré aux autorités qu’elle avait « accéléré la production trop rapidement », bien que la production ait été réduite en avril et mai lorsque le variant Delta du Covid-19 faisait rage en Inde, a déclaré à Reuters un haut fonctionnaire du département des industries de l’État.

L’entreprise taïwanaise Foxconn a ouvert l’usine en 2019 en promettant de créer jusqu’à 25 000 emplois, un coup de pouce à la campagne « Make in India » du Premier ministre Narendra Modi visant à créer des emplois dans le secteur manufacturier.
Sriperumbudur, une ville située à l’extérieur de Chennai où se trouve l’usine, est une zone industrielle très fréquentée, avec des usines qui fabriquent des produits Samsung et Daimler à proximité. L’usine est au cœur des efforts déployés par Apple pour délocaliser sa production en Chine en raison des tensions entre Pékin et Washington. Reuters a rapporté l’année dernière que Foxconn prévoyait d’investir jusqu’à 1 milliard de dollars dans l’usine sur trois ans.

Foxconn sous-traite le personnel de l’usine à des agences en main-d’œuvre, qui sont également chargées de loger les travailleuses, principalement des femmes, qui y sont employées.

Rats et mauvais drainage

À la suite des protestations, des inspecteurs de la sécurité alimentaire ont visité l’hôtel où s’est produite l’intoxication alimentaire et ont fermé la cuisine du dortoir après avoir découvert des rats et un mauvais drainage, a déclaré à Reuters Jegadish Chandra Bose, un responsable de la sécurité alimentaire dans le district de Thiruvallur où se trouve l’auberge. « Les échantillons analysés ne répondaient pas aux normes de sécurité requises », a-t-il déclaré.

Les femmes qui travaillent à l’usine de Foxconn gagnent l’équivalent d’environ 10 500 roupies [ 124 euros] par mois et paient le contractant de Foxconn pour le logement et la nourriture pendant qu’elles travaillent à l’usine. La plupart des travailleuses ont entre 18 et 22 ans et viennent des zones rurales du Tamil Nadu, a déclaré le responsable d’un syndicat de travailleuses. Le salaire mensuel à l’usine est supérieur de plus d’un tiers au salaire minimum pour ce type d’emploi, selon les directives du gouvernement de l’État.

L’ouvrière de 21 ans qui a démissionné à la suite de la manifestation a déclaré à Reuters que ses parents sont des agriculteurs cultivant du riz et de la canne à sucre. Elle a dit qu’elle cherchait un emploi en ville comme beaucoup d’autres dans son village et qu’elle considérait que les salaires de Foxconn étaient bons. Plusieurs militants et universitaires ont déclaré que les femmes recrutées dans les villages agricoles pour travailler dans les usines de Sriperumbudur sont considérées par les employeurs comme moins susceptibles de se syndiquer ou de manifester, un facteur qui a rendu les protestations à l’usine Foxconn - qui n’est pas syndiquée - encore plus remarquables.

V. Gajendran, professeur adjoint à la Madras School of Social Work de Chennai, a déclaré que les femmes recrutées pour travailler dans les usines voisines « proviennent généralement de familles rurales, pauvres et nombreuses, ce qui les expose à l’exploitation et réduit leur capacité à se syndiquer et à lutter pour leurs droits. »

Nous avons été alarmés

L’incident d’intoxication alimentaire a envoyé 159 femmes à l’hôpital le 15 décembre, ont déclaré des travailleuses à Reuters. Une centaine d’autres femmes ont eu besoin de soins médicaux mais n’ont pas été hospitalisées, a déclaré la semaine dernière l’administration du district de Thiruvallur. Une rumeur - qui s’est avérée fausse par la suite - a circulé selon laquelle certaines des femmes qui étaient tombées malades étaient décédées. Lorsque certaines travailleuses malades ne se sont pas présentées au travail à l’usine deux jours plus tard, d’autres ont organisé une manifestation au moment du changement d’équipe.

« Nous étions alarmés, nous avons discuté entre nous dans l’hôtel et nous avons décidé de protester. Il n’y avait pas de leader », a déclaré l’une des travailleuses à Reuters. Le 17 décembre, environ 2 000 femmes des foyers Foxconn voisins sont descendues dans la rue, bloquant une autoroute importante près de l’usine, selon l’administration du district.

Les travailleuses hommes, dont certains venaient d’une usine automobile voisine, ont rejoint une nouvelle manifestation le lendemain, selon les travailleuses de Foxconn avec lesquels Reuters s’est entretenu. La police a répondu à la deuxième manifestation, plus importante, en frappant les travailleuses hommes, puis en poursuivant et en frappant certaines des femmes impliquées, ont déclaré à Reuters deux travailleuses et Sujata Mody, un dirigeant syndical local qui avait interrogé des travailleurs.

La police a arrêté 67 travailleuses et un journaliste local, confisqué leurs téléphones et appelé leurs parents en les avertissant de remettre leurs filles dans le rang, ont déclaré à Reuters trois des personnes arrêtées, des dirigeants syndicaux locaux et un avocat qui tentait d’aider les personnes arrêtées. Reuters n’a pas pu confirmer de manière indépendante les descriptions de la réponse de la police. M Sudhakar, le plus haut responsable de la police dans le district de Kancheepuram, a nié que des manifestant·es aient été battu·es, que des téléphones aient été confisqués ou que des travailleuses aient été intimidées par la police. « Nous avons strictement suivi les directives et respecté les droits des personnes détenues. Toutes les règles ont été suivies », a-t-il déclaré à Reuters.

K. Mohan, un administrateur du village qui s’est rendu dans l’hôtel où s’est produit l’incident d’intoxication alimentaire pour enquêter sur les conditions de vie le 16 décembre, n’a trouvé aucune mesure de protection pour prévenir les infections au Covid-19, a-t-il déclaré à la police dans un témoignage examiné par Reuters. « Je me suis rendu à cet endroit pour enquêter car il y a une chance que cet endroit devienne un foyer de Covid », a déclaré M. Mohan à la police. « On a fait en sorte que les femmes restent dans l’hôtel où aucune directive relative au coronavirus n’était respectée. »

Les troubles survenus à Foxconn sont les deuxièmes impliquant un fournisseur d’Apple en Inde en un an. En décembre 2020, des milliers de travailleuses contractuelles dans une usine appartenant à Wistron Corp ont détruit des équipements et des véhicules en raison du non-paiement présumé des salaires, causant des dommages estimés à 60 millions de dollars.

Apple avait alors déclaré qu’elle avait mis Wistron à l’épreuve et qu’elle n’accorderait pas de nouveaux contrats au fabricant taïwanais tant qu’il n’aurait pas remédié à la façon dont les travailleuses étaient traitées dans l’usine. À l’époque, Wistron avait déclaré qu’elle s’était efforcée de relever les normes et de régler les problèmes de l’usine, notamment les systèmes de paie. Wistron a repris ses activités dans l’usine au début de cette année. Interrogé par Reuters, Apple n’a pas fait de commentaire immédiat sur le statut de Wistron.

Voir en ligne :
Publié par Toy matrix

31 décembre 2021
Kanchan Sharma

Traduction Patrick Le Tréhondat