Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mardi, 3 août 2021

 
 

 

Etats-Unis : les travailleurs des camions Volvo en grève

Accueil > Secteurs > Industrie, métallurgie, chimie > Etats-Unis : les travailleurs des camions (...)

Chez Volvo Trucks North America à Dublin, en Virginie, les piquets de grève s’étendent le long de Cougar Trail Road aux entrées de l’usine d’assemblage de 120 hectares de la New River Valley. Environ 2 900 membres de la section 2069 de l’United Auto Workers (UAW) sont en grève depuis le 7 juin dans cette petite ville du sud-ouest de l’État, près de la frontière de la Virginie occidentale. C’est leur deuxième grève cette année. Il y a tout juste deux mois, en avril, les travailleurs avaient débrayé pendant deux semaines après avoir rejeté un accord de principe par une majorité écrasante de 91 %. Le syndicat est retourné à la table des négociations et les membres ont à nouveau rejeté l’accord, cette fois par une marge de 90 %, un rejet retentissant.

L’accord porte notamment sur des questions cruciales concernant la structure salariale à deux niveaux, les horaires de travail et les heures supplémentaires, la santé et la sécurité, ainsi que les prestations de santé pour les employés et les retraités. L’entreprise affirme avoir proposé des "améliorations économiques significatives pour tous les travailleurs représentés par l’UAW", mais en réalité, l’augmentation proposée de 12 % sur six ans est bien inférieure au taux d’inflation actuel. Le dernier accord prévoit également une augmentation des frais et des dépenses personnelles des employés, notamment un doublement du plafond des dépenses personnelles pendant la durée du contrat. Le dernier contrat représentait des centaines de dollars de frais supplémentaires par mois pour les retraités, selon un membre de la famille d’un gréviste. L’entreprise n’a pas essayé d’édulcorer ces concessions, déclarant sans ambages sur son site web : "La dure vérité est qu’il n’y a probablement plus aucune entreprise aux États-Unis qui puisse garantir à ses employés, qu’ils soient salariés ou non, qu’ils n’auront pas à s’inquiéter des frais de santé des retraités, même après 30 ans de travail ou plus."

Le syndicat se bat pour abolir un système de salaire à deux niveaux introduit dans les contrats précédents. Bien que Volvo affirme qu’elle éliminera ces deux niveaux "dans un délai raisonnable", les membres ayant deux ans ou moins d’ancienneté n’atteindront pas le salaire le plus élevé pendant la durée du contrat. L’entreprise fait également pression pour que l’horaire de travail passe à quatre quarts de 10 heures, ce qui réduirait la rémunération des heures supplémentaires. Enfin, l’accord rejeté supprime le droit de grève du syndicat à la fin de l’accord de six ans proposé, en 2027.

Volvo Group, la société mère basée en Suède, a annoncé un bond massif de ses bénéfices pour le premier trimestre de 2021 par rapport à la même période de l’année précédente, passant de 560 millions à 1 milliard de dollars. Son activité de camions a été forte, stimulée par une demande accrue de véhicules électriques et par l’objectif de l’entreprise de passer entièrement aux véhicules électriques d’ici 2030. Volvo a annoncé un investissement de 400 millions de dollars dans des "mises à niveau technologiques avancées", y compris la construction de camions électriques. Volvo Car USA, par exemple, a récemment annoncé des plans d’augmentation des dépenses de 118 millions de dollars dans son usine de Ridgeville, en Caroline du Sud, pour produire une voiture électrique. Avec ce type d’investissement à l’horizon, Volvo cherche sans doute à faire payer ces coûts au détriment de ses travailleurs.

Après que les travailleurs ont quitté le travail le 7 juin, Volvo n’a pas accepté dans un premier temps de revenir à la table des négociations. Lors d’une interview le 8 juin, le président de la section locale syndicale 2069, Matt Blondino, a déclaré : " Nous serons sur le piquet de grève jusqu’à ce que nous ayons obtenu la ratification. À l’avenir, nous ne quitterons pas le piquet de grève tant que ce ne sera pas fait, alors quoi qu’il en coûte, nous sommes prêts à être là." L’entreprise a finalement consenti à reprendre les négociations à partir du 23 juin. Les membres du syndicat n’étaient pas d’accord avec la décision de la direction de reprendre le travail sans contrat après la première grève en avril, surtout après un vote négatif aussi fort sur le premier accord de principe.

En les forçant à la grève, Volvo impose des conditions difficiles à ses travailleurs, les privant de leurs soins de santé. Entre-temps, la caisse de grève ne verse que 275 dollars par semaine, ce qui représente une difficulté majeure pour les travailleurs et leurs familles qui ont été en arrêt de travail pendant plus d’un mois au total cette année. Malgré ces difficultés, le syndicat national dispose d’une caisse de grève de 790 millions de dollars et n’a pas voulu jusqu’à présent puiser dans son trésor de guerre. La salle de la section syndicale locale 2069 abrite maintenant un garde-manger où des bénévoles recueillent des dons et servent des repas. Une affiche énumère les visites de solidarité sur le piquet de grève, notamment des travailleurs de l’acier, d’autres sections locales de l’UAW et diverses organisations communautaires.
Volvo a ressenti l’impact de la grève sur l’ensemble de ses activités. Au début de la troisième semaine de grève, l’usine de Hagerstown, dans le Maryland, a été obligée de réduire les quarts de travail sur la chaîne de montage des groupes motopropulseurs. L’usine de Virginie assemble des camions en utilisant des moteurs construits à Hagerstown. En 2019, une grève nationale de 3 500 travailleurs de Volvo-Mack a provoqué des pénuries dans l’autre sens, avec des fermetures à l’usine de New River Valley. Selon des rapports, l’entreprise a stocké des camions supplémentaires avant le débrayage, mais les répercussions commencent néanmoins à se faire sentir dans toute la chaîne d’approvisionnement. La direction de New River Valley a été contrainte de s’appuyer sur ses quelques employés non syndiqués. Les travailleurs sur le piquet de grève affirment que peu de briseurs de grève ont été recrutés jusqu’à présent. Une grande pancarte en contreplaqué dénonçant les briseurs de grève a été installée sur la pelouse de la section locale, face à l’énorme complexe situé de l’autre côté de l’autoroute très fréquentée. Volvo a adopté une attitude agressive à l’égard des piquets de grève, faisant tout son possible pour imposer son droit de sa propriété et forcer les piquets à se rapprocher de la route.

La grève chez Volvo est significative à plusieurs niveaux. Le Sud occupe une position stratégique de plus en plus importante dans le mouvement syndical, avec le déplacement de la construction automobile et de l’industrie vers la région. Les récentes défaites syndicales, comme l’échec de la campagne de syndicalisation de l’UAW chez Volkswagen à Chattanooga, Tennessee, en 2019 et, plus récemment, chez Amazon à Bessemer, Alabama, soulignent les enjeux de la lutte actuelle. Le virage des entreprises, comme Volvo, vers les véhicules électriques - et la transition nécessaire et urgente vers un avenir durable - pose de graves questions aux travailleurs : qui paiera le prix pour éviter l’urgence climatique ? Les multinationales sont impatientes de réorganiser la production et d’augmenter les investissements dans les technologies durables pour rester compétitives dans l’industrie ; les membres des syndicats et leurs communautés ne devraient pas être obligés d’en supporter les coûts. La grève de Volvo est un élément clé pour assurer une transition juste aux conditions des travailleurs.

29 juin
Lee Wengraf
Publié par Tempstmag https://www.tempestmag.org/

Pour soutenir la grève, les dons peuvent être envoyés par courrier à UAW Local 2069, P.O. Box 306, Dublin, VA 24084. Retrouvez-les sur Facebook

Traduction Patrick Le Tréhondat

PS :
Les travailleurs en grève devraient voter sur un nouvel accord conclu par l’UAW avec l’entreprise cette semaine. Le président de l’UAW, Ray Curry, dans une déclaration syndicale la semaine dernière annonçant l’accord, a suggéré que les travailleurs seraient plus satisfaits de la dernière offre faite par Volvo, ce que ne pensent pas tous les syndiqués.

7 juillet 2021

PLT