Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 22 janvier 2022

 
 

 

États-Unis : La plus longue grève de 2021 vient de se terminer par une victoire

Accueil > Secteurs > Santé > États-Unis : La plus longue grève de 2021 vient (...)

Après presque un an de piquets de grève, les quelque sept cents infirmières qui ont fait grève à l’hôpital Saint Vincent de Worcester, dans le Massachusetts, se préparent à reprendre le travail. Cela met fin à la plus longue grève aux États-Unis en 2021 et à la plus longue grève des infirmières dans l’histoire du Massachusetts. Selon le syndicat des infirmières, la Massachusetts Nurses Association (MNA), il s’agit également de la plus longue grève des infirmières que les États-Unis aient connue depuis plus de quinze ans.

Le 17 décembre 2021, les infirmières ont conclu un accord de principe avec l’hôpital et son propriétaire à but lucratif, Tenet Healthcare, basé à Dallas. Lundi, elles ont voté à une écrasante majorité pour ratifier le nouveau contrat, qui prévoit des améliorations en matière de personnel afin que les patients reçoivent de meilleurs soins.

Les leçons que nous pouvons tirer de cette grève sont de deux ordres. Premièrement, les sociétés de soins de santé comme Tenet feront tout ce qu’elles peuvent imaginer pour éviter de soustraire de leurs bénéfices l’amélioration des normes de soins. Et deuxièmement, la solidarité des travailleurs est le seul moyen fiable de contrôler le pouvoir de ces sociétés.

Niveaux de dotation en personnel non sécurisés

Les infirmières de Saint Vincent ont débrayé le 8 mars 2021, après avoir essayé pendant dix-huit mois de forcer leur employeur à régler de graves problèmes de sécurité à l’hôpital. La principale préoccupation des infirmières était un manque chronique de personnel qui, selon elles, mettait les patients en danger.

Tenet Healthcare, l’un des plus grands systèmes de soins de santé du pays, a engrangé des bénéfices records pendant la pandémie, tout en mettant en œuvre des mesures de réduction du personnel et des coûts dans ses établissements, ce qui a donné des résultats épouvantables selon les travailleuses de Tenet.

La relation entre les niveaux de dotation en personnel infirmier et les résultats des soins aux patients est bien documentée. Les recherches suggèrent que les risques de décès des patients hospitalisés augmentent de 7 % pour chaque patient supplémentaire dont s’occupe une infirmière.

En 2018 déjà, le MNA s’est battu pour que le Massachusetts suive l’exemple de la Californie, le seul État où les ratios infirmières/patient·es sont définis par la loi. La loi californienne sur la dotation en personnel infirmier a amélioré les résultats des soins, en particulier pour les patients pauvres. Dans le Massachusetts, le lobby hospitalier a réussi à renverser le soutien public initial en faveur de cette même mesure en lançant une campagne agressive pour semer la confusion dans l’esprit des électeur·trices, qui a finalement fait échouer la mesure. Après avoir essayé, sans succès, de provoquer un changement par le biais des urnes et de diverses stratégies, les infirmières ont installé leurs piquets de grève pour protester contre le manque de personnel à l’hôpital Saint-Vincent.

Une bataille ardue

Sans surprise, l’hôpital et sa société mère ont tenté d’écraser la grève. Ils ont cherché sans succès à dénigrer les infirmières aux yeux du public de Worcester, en publiant des annonces antigrève occupant une page entière dans le journal local. Ils ont payé des sommes considérables à la police de Worcester pour qu’elle serve d’appareil de sécurité à l’hôpital Saint Vincent. Ils ont réduit les activités de l’hôpital au milieu d’une vague de Covid-19, de toute évidence dans le but de convaincre le département d’assistance chômage du Massachusetts que les infirmières en grève ne méritaient plus d’être indemnisées. Et pendant des mois, ils ont insisté sur le fait que des briseurs de grève remplaceraient les grévistes dans des fonctions fortement spécialisées, obtenus grâce à de longues années d’expérience.

Steve Striffler, un anthropologue qui dirige le Labor Resource Center à l’Université du Massachusetts à Boston, a déclaré à Jacobin que le comportement de Tenet semble conçu pour transmettre

« Les infirmières du monde entier devraient réfléchir longuement à la possibilité de faire grève, car les entreprises vont dépenser des dizaines de millions de dollars et se battre jusqu’au bout... pour résister à l’amélioration des salaires et des conditions de travail, à l’amélioration de la sécurité dans les hôpitaux et à la destruction des syndicats. [Tenet] n’a pas réussi, mais il s’en est fallu de peu et a envoyé un message clair aux syndicats : ils sont prêts à se battre avec acharnement. »

Les infirmières du MNA se considéraient comme la dernière ligne de défense des patients contre la campagne de l’entreprise visant à éroder les soins. En fin de compte, leur action collective a forcé Tenet à augmenter les effectifs et à renoncer à son insistance à déloger les grévistes des postes et des équipes qu’elles occupaient auparavant.

Une meilleure dotation en personnel

Le nouveau contrat des infirmières, conclu lors d’une séance de médiation en personne avec le Secrétaire américain au travail, Marty Walsh, garantit des améliorations spécifiques en matière de personnel. Il s’agit notamment de réduire les assignations de patients dans l’unité de post-chirurgie cardiaque, les deux étages de télémétrie cardiaque et l’unité de santé comportementale. Le contrat limite également la capacité de l’hôpital à « flexibiliser » les infirmières, c’est-à-dire à les renvoyer chez elles au milieu de leur quart de travail lorsque la direction les juge superflues.

Bien que ces nouvelles politiques ne répondent pas aux demandes initiales de la MNA, le contrat stipule que toutes les infirmières seront rappelées à leur poste et à leur équipe dans les trente jours. Cette garantie de retour au travail, habituelle dans les résolutions de grève, résout le dernier point de friction dans les négociations des infirmières avec Tenet (qui a l’habitude d’exercer des représailles contre les employés qui dénoncent des conditions de soins dangereuses).

Johnnie Kallas, qui mène des recherches sur l’organisation du travail dans le secteur des soins de santé et dirige le Labor Action Tracker de l’Industrial and Labor Relations School de Cornell, a déclaré à Jacobin :
« La victoire des infirmières est une énorme victoire pour le mouvement ouvrier car elles ont obtenu une amélioration considérable de leurs conditions de travail tout en faisant face à d’énormes obstacles. Malgré la menace de remplacements, les infirmières du MNA ont obtenu un contrat solide qui a amélioré la dotation en personnel au milieu d’une pandémie mondiale tout en maintenant leurs emplois précédents. « 

Une nouvelle attaque contre le pouvoir des syndicats

Les infirmières du MNA ont voté à 487 voix contre 9 en faveur de la ratification. Mais sans soins de santé universels et sans but lucratif, les fournisseurs de soins à but lucratif continueront à « maximiser leur trésorerie » en piétinant les besoins des patient·es et des travailleur·euses.

Tenet est restée indifférente aux plaidoyers et aux accusations d’élus de premier plan, ce qui laisse penser que les législateurs sont limités dans leur capacité à réduire la cupidité des sociétés de soins de santé. Pour faire reculer les employeurs abusifs et transformer le secteur, les employé·es du secteur de la santé devront continuer à faire obstacle aux soins à but lucratif en s’organisant. Où qu’ils ou elles le fassent, elles et ils doivent être prêt·es à faire face à des représailles.

Trois jours seulement après que les infirmières de Saint Vincent aient conclu un accord de principe avec leur employeur, l’une des infirmières briseuses de grève embauchées à titre permanent a déposé une pétition auprès du National Labor Relations Board dans le but de décertifier le MNA en tant que syndicat des infirmières de l’hôpital. Comme l’a rapporté le journaliste d’investigation local Bill Shaner, l’infirmière censée être à l’origine de la pétition de désaccréditation syndicale est représentée gratuitement par des avocats de la fondation antisyndicale National Right to Work Legal Defense Foundation.

Pourtant, lorsqu’on lui a demandé ce qu’elle pensait de la campagne visant à retirer le MNA, Marlena Pellegrino, infirmière de Saint Vincent et coprésidente de l’unité de négociation, a balayé d’un revers de main l’effort de décertification. « Nous sommes uniquement concentrés sur le chemin à parcourir. Nous avons été mis à l’épreuve. »

Voir en ligne :
Jacobin

06 janvier 2022
Nora de La Cour

Traduction Patrick Le Tréhondat