Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Entretien avec Denys Pankratov, organisateur de l’Union des grutiers de la région de Lviv - Ukraine

Accueil > International (Fr) > Europe > Entretien avec Denys Pankratov, organisateur (...)

Les camarades du syndicat polonais OZZ IP, membre du réseau international de solidarité et de lutte, donnent la parole aux syndicalistes d’Ukraine.


Entretien avec Denys Pankratov, organisateur de l’Union des grutiers de la région de Lviv (Profspilka Kranivnykiv Lvishchyny - Профспілка кранівників Львівщини), activiste de l’organisation Mouvement social (Sotsialnyi Rukh - Соціальний рух).
Nous avons rencontré Denys et les membres du syndicat des grutiers au printemps 2021, lors de réunions en ligne et d’échanges d’expériences entre opérateurs syndiqués en Pologne et en Ukraine. À l’époque, des manifestations étaient en cours dans les deux pays pour obtenir des augmentations de salaire et une meilleure sécurité au travail dans ce secteur. Les opérateurs ukrainiens ont régulièrement été informés de nos actions et ont exprimé leur solidarité dans leurs médias sociaux. Nous avons écrit sur la lutte des opérateurs ukrainiens dans le Bulletin IP et sur notre site web [LIEN], tandis que les documents sur les opérateurs polonais sont apparus sur le site web de l’organisation Mouvement social ukrainien [LIEN].

Denys, tout d’abord, dites-nous quelle est la situation à Lviv [Ukraine occidentale] actuellement ?
La situation à Lviv est relativement calme. Il n’y a eu que deux alertes au cours des deux derniers jours. Il n’y a pas eu de provocations, pas d’explosions et pas d’actions armées dans la région de Lviv. Les gens s’organisent, de solides réseaux de volontaires se forment. Les autorités sont également impliquées, mais il existe aussi des initiatives de base qui fonctionnent indépendamment des autorités. Les transports publics fonctionnent, tout comme les magasins. Heureusement, il y a encore des produits d’épicerie dans les magasins. Ce qui manque à Lviv, ce sont les fournitures médicales, les banques d’alimentation, les chargeurs de téléphone. Il y a un manque de ces articles critiques et de fournitures militaires.

Parlez-nous de ces initiatives populaires, comment fonctionnent-elles, que faites-vous spécifiquement à Lviv ?
Les initiatives populaires et anti-autoritaires dont je fais partie comprennent la préparation de nourriture végétarienne. Dès le matin, nous préparons de la nourriture pour 50-60 à 80 personnes. D’abord, nous la distribuons dans les lieux où les réfugiés sont relogés, puis nous cuisinons ou prenons ce qui reste et l’apportons à la gare, où il y a maintenant beaucoup de monde. Je vous donnerai le contact de cette initiative, les gens travaillent ouvertement là-bas. En plus de cela, il y a trois personnes de l’organisation du Mouvement social, je suis aussi l’une de ces personnes. Nous essayons de soutenir nos camarades de l’Union anti-autoritaire qui sont partis au front. Nous essayons de leur donner des fournitures médicales et des équipements tactiques : gilets pare-balles, casques, gants. Il y a aussi l’organisation anarchiste appelée Bannière Noire. Pour autant que je sache, certains d’entre eux sont partis au front, à Kiev, où ils ont rejoint la défense territoriale. D’autres se sont engagés dans la défense territoriale locale à Lviv. Néanmoins, la Plateforme écologique et la Bannière noire continuent de nourrir les gens le samedi. Les sans-abri et d’autres personnes ayant besoin de nourriture.

Et le syndicat des grutiers, avec lequel vous êtes associé ?

Nous restons en contact permanent ; nous avons organisé une collecte de fonds pour l’armée ukrainienne. Grâce au budget du syndicat et à nos propres efforts, nous aidons également un membre du syndicat qui a été mobilisé sur le front. Il travaillait comme mécanicien, et maintenant nous l’aidons à collecter divers équipements et fournitures médicales nécessaires. Dans un avenir proche, certains des syndicalistes se rendront à Kiev pour aider les gens à défendre la ville.

Et quelle est la situation générale des travailleurs en Ukraine maintenant, dans ces conditions de guerre, si une telle question peut être posée ?
En général, les gens ont reçu leurs salaires, bien que j’aie entendu parler de plus d’un cas où ils ne les ont pas reçus et se sont retrouvés sans rien. Bien sûr, les chantiers de construction ne fonctionnent pas maintenant. Maintenant, toutes les forces sont dirigées vers le soutien du potentiel de défense de la ville, de la région et de l’Ukraine.

Et que voudriez-vous dire aux personnes des syndicats et des organisations sociales en Pologne et dans d’autres pays ?
Nous avons une demande concrète du Mouvement social pour l’annulation de la dette extérieure de l’Ukraine, il y a une pétition sur cette question. La Fédération des syndicats d’Ukraine a demandé à la Confédération syndicale internationale d’exclure la Fédération des syndicats indépendants de Russie, qui a ouvertement soutenu l’agression de Poutine contre l’Ukraine. La Fédération a également fait don de ses infrastructures, dans les villes où cela était possible, aux réfugiés. Je veux dire des hôtels, des bases touristiques et autres. Beaucoup de gens partent maintenant à l’étranger, ce sont des femmes, car les hommes ne sont pas autorisés à partir. Nous espérons que les syndicats les aideront à trouver du travail et à organiser leur vie.

Y a-t-il autre chose que vous souhaitez dire ?

Suivez ce qui se passe ici et faites passer le message. J’espère que vous aurez assez de force en Pologne pour vous occuper des travailleurs ukrainiens.

JPEG - 83.5 ko
L’initiative, à laquelle Denys participe, peut être soutenue financièrement.

Nous sommes une initiative auto-organisée d’artistes et de militants pour le soutien humanitaire des réfugiés de guerre et d’autres personnes dans le besoin. Nous préparons des dîners et soutenons des lieux de séjour temporaire à Lviv, en Ukraine. Tout le travail est bénévole. Nous avons besoin d’argent pour la nourriture et autres fournitures humanitaires.
Si possible, veuillez utiliser WISE (wise.com) pour le transfert. Les virements bancaires peuvent également être utilisés mais ils prennent beaucoup plus de temps. Sautez le champ "e-mail", si vous utilisez WISE !
Compte :
Monnaie - UAH
Propriétaire du compte et de la carte - Olha Marusyn
Pays - Ukraine,
Banque - Privatbank
Numéro de carte : 4149609001338138
BIC : PBANUA2XXXX
IBAN : UA283052990000026201741741293

01 mars 2022
Interviewer : Ignacy Jóźwiak (Inicjatywa Pracownicza / Initiative des travailleurs, Pologne)