Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 21 octobre 2021

 
 

 

EDF Mexique : non à l’écologie coloniale !

Accueil > International (Fr) > Amériques > EDF Mexique : non à l’écologie coloniale (...)

Au sud du Mexique, l’isthme de Tehuantepec est l’une des régions les plus venteuses du monde et subit par conséquent l’invasion massive de multinationales, développant des parcs éoliens à perte de vue dans le mépris des droits des populations indigènes et paysannes locales. La filiale d’EDF Renouvelables, Eolicas de Oaxaca est sur le point de commencer les travaux de son quatrième parc éolien dans cette région, consistant en l’installation de 62 nouveaux aérogénérateurs sur une surface totale de 4708 ha, dont la majorité sont des terres agricoles.

Nous nous opposons fermement au déploiement de ce nouveau parc éolien, nommé cyniquement “Gunaa Sicarù” , “femme jolie” sachant que ce projet :

  • • Bénéficie à des multinationales et non aux populations locales : les parcs éoliens de l’isthme de Tehuantepec produisent de l’énergie exclusivement pour des multinationales spécifiques, comme Coca-Cola, Walmart ou Bimbo (multinationale alimentaire mexicaine) et ne bénéficient pas aux populations indigènes locales qui, ironiquement, continuent à payer cher leur électricité.
  • • Détruit massivement et de manière irréversible les écosystèmes de l’isthme de Tehuantepec : massacre des oiseaux, pollution sonore, modifications microclimatiques, ruissellement de l’huile des turbines et disparitions des poissons et crevettes de la lagune. La pêche traditionnelle étant une activité économique phare de l’isthme, ces dégâts environnementaux préjudicient fortement à l’autonomie territoriale et aux moyens de subsistances traditionnels des populations locales. Enfin, ces dégradations portent atteinte à des territoires ancestraux auxquels les peuples sont profondément attachés et liés culturellement et spirituellement.
  • • Ne respecte pas les droits fondamentaux des populations indigènes, notamment la convention 169 de l’OIT (Organisation Internationale du Travail) : EDF a été accusé de violation des droits humains au Mexique pour non-respect de la mise en place d’une consultation “libre, préalable et éclairé” des populations indigènes en amont du projet éolien.
  • • S’appuie sur une privatisation illégale des terres et passe sous silence le caractère communale du territoire : en profitant d’un vide juridique autour de la privatisation des terres de l’isthme, EDF vient violer une des règles clés autour de laquelle s’organise la vie des populations indigènes, à savoir le caractère communale (commun, absence de propriété privée) des terres sur lesquelles chaque habitant détient le même droit. Cela exacerbe les conflits locaux, favorise les violences contre les opposants et opposantes au projet et accélère la désintégration du tissu social.

Nous dénonçons aujourd’hui les pratiques extractivistes et violentes du groupe EDF, dont l’État français est actionnaire majoritaire. Nous ne pouvons pas soutenir une transition écologique qui s’appuie sur l’exploitation effrénée de la nature et sur la dépossession des populations indigènes ; une transition écologique qui fait perdurer un colonialisme structurel à l’égard des pays du Sud et des peuples autochtones.

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes réaffirment que le groupe EDF doit abandonner le projet de parc éolien Gunaa Sicarù dans l’isthme de Tehuantepec.

Voir en ligne :
Stop EDF Mexique