Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Birmanie : Oser lutter, oser vaincre, la résistance des travailleur·euses depuis le coup d’Etat

Accueil > International (Fr) > Asie > Birmanie : Oser lutter, oser vaincre, la (...)

Des propriétaires d’usines peu scrupuleux ont profité du coup d’État pour réduire les salaires et harceler les syndicats sur le lieu de travail, mais des grèves réussies dans deux usines à la fin de l’année dernière ont mis en évidence la détermination des travailleur·euses à résister à l’exploitation et aux abus.

Lorsque les militaires du Myanmar ont pris le pouvoir le 1er février 2021, les ouvrier·es des zones industrielles autour de Yangon ont immédiatement éprouvé des craintes. « Ce sera comme avant », a déclaré Ma Phyu [pseudonyme], une travailleuse interrogée par les auteurs deux jours après le coup d’État, faisant référence aux décennies sous le régime militaire avant 2011, lorsque les syndicats étaient de facto illégaux. « Les employeurs vont opprimer les travailleur·euses et réduire leurs salaires », a-t-elle ajouté.

L’inquiétude quant à la possibilité d’une détérioration des conditions de travail et les restrictions imposées aux employé·es qui s’organisent sur leur lieu de travail ont été les principales raisons pour lesquelles des milliers d’ouvrier·es d’usine, jeunes pour la plupart, ont manifesté contre le coup d’État dans le centre de Yangon le 6 février, catalysant ainsi une série de grèves générales qui ont eu lieu depuis le coup d’État.
Parallèlement aux protestations, les fonctionnaires, emmenés par les médecins, les infirmières et autres travailleur·euses de la santé, avaient lancé un mouvement de désobéissance civile qui allait ensuite attirer des centaines de milliers d’autres travailleur·euses des secteurs public et privé.

Dans les ports de Yangon, les chauffeurs routiers en grève ont paralysé le commerce international et le système bancaire a été paralysé par des débrayages. Les travailleur·euses fabriquant des équipements militaires dans les usines du ministère de la Défense et les mineurs dans les mines de cuivre, gérées par la Chine et ayant conclu des accords de partage des revenus avec l’armée, ont également rejoint la grève générale.

En s’organisant et en menant des actions directes, les travailleur·euses de tout le Myanmar ont marqué l’histoire dans les semaines et les mois qui ont suivi le coup d’État. Comme l’a reconnu un étudiant militant impliqué dans les manifestations en juin 2021, « les membres de la classe ouvrière ont été essentiels à notre mouvement. »

Les expériences vécues par les travailleur·euses des zones industrielles autour de Yangon depuis le coup d’État mettent en évidence le lien de causalité entre le régime militaire et la crise humanitaire qui sévit au Myanmar [Birmanie] et montrent comment les luttes collectives des travailleur·euses pour améliorer leurs moyens de subsistance constituent un élément essentiel du soulèvement populaire plus large.

Dans le même temps, les demandes liées à l’emploi formulées par les travailleur·euses des zones industrielles autour de Yangon depuis le 1er février de l’année dernière - pour de meilleurs salaires et conditions de travail et de larges possibilités de s’organiser - révèlent une continuité entre les luttes de la classe ouvrière depuis le coup d’État et celles menées pendant la soi-disant transition démocratique. Les luttes collectives durables des travailleur·euses des zones industrielles autour de Yangon - et celles des gens ordinaires dans tout le pays - reflètent la nécessité d’aller au-delà de la simple restauration de l’arrangement politique d’avant le coup d’État. Ce qui ressort de ces mouvements sur le lieu de travail est un processus de démocratisation par le bas, les travailleur·euses s’efforçant d’affirmer un pouvoir collectif sur leur lieu de travail.

Réprimer les travailleur·euses, permettre l’exploitation

La réponse de la junte aux travailleur·euses d’usine s’opposant a été brutale. Le 26 février 2021, la junte a déclaré illégaux 16 des syndicats les plus importants du pays et a menacé d’arrêter les militant·es syndicaux qui continuaient à organiser des activités contre le coup d’État, ce qui témoigne d’une conscience aiguë du pouvoir de l’organisation syndicale.

Le 14 mars, des soldats et des policiers ont tué au moins 65 manifestant·es dans le canton de Hlaing Tharyar, fortement industrialisé de Yangon, où vivent des dizaines de milliers d’ouvrier·es d’usine. Plus tard dans la journée, la loi martiale a été déclarée à Hlaing Tharyar et dans le canton voisin de Shwepyithar. Le 15 mars, la loi martiale a également été déclarée dans les cantons de Yangon de North Dagon, South Dagon, Dagon Seikkan et North Okkalapa, ce qui suggère que la junte visait les quartiers ouvriers.

Le 15 avril, une quarantaine de soldats ont fait irruption dans le bureau de Shwepyithar du Solidarity Trade Union of Myanmar et ont arrêté son directeur, Daw Myo Myo Aye, pour avoir organisé des activités contre le coup d’État. D’autres dirigeants syndicaux et militants syndicaux sont depuis entrés dans la clandestinité ou ont fui à l’étranger.

Dans les semaines qui ont suivi le coup d’État, des grèves de travailleur·euses, des perturbations de la chaîne d’approvisionnement et un climat d’insécurité ont contraint les usines des zones industrielles de Yangon à suspendre leurs activités. À la suite des massacres de manifestants à Hlaing Tharyar le 14 mars et de l’imposition de la loi martiale qui a suivi, de nombreux travailleur·euses ont fui les zones industrielles pour rejoindre leur ville natale dans les zones rurales du Myanmar. Selon l’Organisation internationale du travail, on estime qu’en juillet, 250 000 emplois avaient été perdus dans les seules usines de confection.

Depuis lors, la plupart des usines autour de Yangon ont rouvert et les travailleur·euses qui avaient fui les violences et les perturbations économiques de l’après-coup sont revenu·es, malgré le harcèlement de l’armée et de la police. Bien que de nombreux travailleur·euses aient voulu soutenir le MDP, ils et elles ont été contraint·es de reprendre le travail en raison des possibilités de subsistance limitées et du manque de soutien social dû aux restrictions imposées par la junte.

Alors que les travailleur·euses reprennent le travail en usine, de nombreux employeurs profitent de la loi martiale et des perturbations économiques pour réduire leurs salaires, dégrader les conditions de travail et affaiblir les groupes de travailleur·euses sur le lieu de travail.

Ko Aung [pseudonyme], un ouvrier d’usine interrogé en janvier, a déclaré que la précarisation était de plus en plus courante. « Ils utilisent la politique comme une excuse pour saper l’organisation des travailleur·euses. En cette période d’instabilité politique, il n’y a pas beaucoup de travailleur·euses payés au mois. Ils embauchent des travailleur·euses journaliers. Si vous n’êtes pas satisfait, ils vous licencient », a-t-il déclaré. « Il n’y a pas de contrat écrit pour les travailleur·euses journaliers. Pour le salaire journalier, ils paient K3,600 (environ 2 euros). »

Les employeurs ont également utilisé l’appareil de sécurité de la junte contre les travailleur·euses qui tentent de s’organiser collectivement pour obtenir des augmentations de salaire et de meilleures conditions de travail. Le 16 mars de l’année dernière, des policiers et des soldats appelés par le propriétaire de l’usine Xing Jia à Hlaing Tharyar auraient abattu six ouvriers qui s’étaient disputés au sujet de leur salaire avec leur employeur, qu’ils accusaient de vol.

« Après le coup d’État, la situation des travailleur·euses s’est détériorée », a déclaré Ko Aung. « Les employeurs ont profité de la situation politique pour opprimer sévèrement les travailleur·euses ».

Harcèlement et extorsion

Dans les zones industrielles des townships soumis à la loi martiale, les travailleur·euses sont également confronté·es à un harcèlement constant de la part des soldats et des policiers en patrouille, qui agissent en toute impunité et extorquent souvent de l’argent aux employé·es qui se déplacent en dehors de leur lieu de travail.
« Quand je voyage sur la route, je ne me sens pas en sécurité », a déclaré Ma Khaing [pseudonyme], une autre travailleuse interrogée en janvier.

« Ils [la police] vérifient nos téléphones » à la recherche de contenus anti-coup d’État, » dit-elle. « Quand je voyage sur la route, je ne peux jamais être sûre si je vais être arrêtée et interrogée. Je m’inquiète de cela ».

« On nous a dit que nous pouvions être emprisonnés pendant trois ans si nous avions des informations [anti-coup] sur notre téléphone. Lorsque je prévois de sortir, j’efface toujours tout de mon téléphone à l’avance. Ce n’est qu’alors que je sors », a ajouté Ma Khaing. « S’ils trouvent des [contenus compromettants] sur notre téléphone, ils nous accusent de soutenir les PDF [Forces de défense populaires] et nous demandent de l’argent. Ils demandent autant d’argent qu’ils veulent. Une personne doit donner l’argent qu’on lui demande. Si elle ne paie pas, [la police] dit qu’elle se saisira du travailleur pour l’interroger. »

Craignant que leurs marques ne soient ternies par une association avec un régime militaire violent, certaines entreprises internationales de l’habillement ont cessé de s’approvisionner en vêtements au Myanmar. D’autres, comme H&M et Zara, ont initialement suspendu leurs commandes après le coup d’État, mais ont depuis repris leurs achats auprès de leurs fournisseurs. En octobre 2021, la plupart des quelque 600 usines de confection du Myanmar qui produisent pour l’exportation étaient en activité, bien qu’avec des effectifs réduits, selon le bulletin d’octobre de la Myanmar Garment Manufacturers’ Association [association patronale de l’habillement].

La réduction de la demande de main-d’œuvre a rendu les travailleur·euses encore plus vulnérables à l’exploitation. Ils et elles doivent souvent accepter des salaires inférieurs et des conditions de travail plus mauvaises ou faire face à la menace d’un licenciement, tandis que les organisateur·trices syndicaux sont particulièrement exposé·es au risque d’être licencié·es. De nombreuses personnes cherchant désespérément du travail paient des intermédaires pour leur trouver un emploi en Thaïlande voisine, où des milliers de personnes ont été arrêtées pour être entrées illégalement dans le pays.

Les luttes des travailleur·euses sous le régime militaire

Pour les ouvrier·es d’usine et leurs familles, le coup d’État a aggravé leurs conditions déjà extrêmement précaires dans les zones industrielles autour de Yangon.

En février 2020, au début de la pandémie de Covid-19, les perturbations de l’approvisionnement en matières premières en provenance de Chine ont entraîné la fermeture d’usines de confection et la perte de 10 000 à 15 000 emplois. En septembre 2020, 233 usines avaient demandé aux autorités l’autorisation de fermer, de suspendre leurs activités ou de licencier des travailleur·euses. Les employeurs ont alors utilisé le prétexte de la perturbation du Covid-19 pour licencier les travailleur·euses syndiqué·es, tandis que la police est intervenue pour briser les grèves et arrêter les organisateurs.

En l’absence de filet de sécurité sociale efficace, même avant le coup d’État, les ouvrier·es d’usine licencié·es pendant la pandémie n’avaient souvent d’autre choix que de s’endetter davantage et de réduire leur consommation alimentaire, et dans certains cas, elles et ils se sont tourné·es vers le commerce du sexe pour subvenir aux besoins de leur famille.

Mais les communautés de la classe ouvrière des zones industrielles autour de Yangon étaient déjà en difficulté avant la pandémie. Les violations du droit du travail et les salaires inférieurs au minimum légal étaient monnaie courante dans les usines de Yangon. De nombreux autres travailleur·euses travaillaient dans le cadre d’accords informels échappant à la législation sur la protection du travail.

Néanmoins, même si la décennie qui a précédé le coup d’État a été difficile pour les travailleur·euses, de réels progrès avaient été réalisés et l’espoir que les changements positifs était encore là.

Les syndicats avaient été interdits pendant près de 50 ans, mais ils ont été de nouveau autorisés en vertu de la loi sur l’organisation du travail promulguée en 2011 sous le gouvernement pro-militaire du Parti de la solidarité et du développement de l’Union. Cette loi a permis à des centaines de milliers de travailleur·euses d’usine de Yangon et d’ailleurs de s’organiser en syndicats ; en 2021, près de 3 000 syndicats sur le lieu de travail avaient été enregistrés dans tout le pays.

Au cours de la décennie suivante, nombre de ces syndicats se sont mis en grève pour obtenir de meilleurs salaires et de meilleures conditions de travail. Certains des syndicats d’usine les plus dynamiques étaient affiliés à la Federation of Garment Workers of Myanmar [la Fédération des travailleur·euses de l’habillement du Myanmar] et à la All Burma Federation of Trade Unions [fédération birmane des syndicats]. Ces syndicats, ainsi que les réseaux plus larges de la classe ouvrière dont ils font partie, ont constitué une base solide de résistance au régime militaire depuis le coup d’État.

Outre les manifestations de rue, les travailleur·euses s’organisent également depuis le coup d’État pour réclamer collectivement de meilleurs salaires et conditions de travail. Ces actions peuvent comporter des risques extrêmement élevés, comme l’a montré l’assassinat de travailleur·euses de l’usine Xing Jia en mars 2021. Toutefois, depuis le coup d’État, il y a eu deux cas notables de travailleur·euses des zones industrielles de Yangon qui ont obtenu des résultats tangibles en faisant grève.

Le 14 octobre de l’année dernière, environ 350 travailleur·euses de l’usine Gasan Apparel de Hlaing Tharyar se sont mis en grève en raison de réductions de salaire et d’avantages sociaux. La grève s’est poursuivie jusqu’au début du mois de novembre, lorsque des soldats et des policiers ont fait irruption dans l’usine et que les grévistes ont été contraints de fuir. Les travailleur·euses affirment que la direction a fait appel aux forces de la junte pour réprimer la grève. La direction a également déclaré aux travailleur·euses que l’usine fermerait en décembre en raison d’un manque de commandes. Cependant, un travailleur interrogé en janvier pour cet article a déclaré que la menace de fermeture de l’usine - qui reste ouverte - était un stratagème du propriétaire pour licencier les travailleur·euses syndiqués et éviter de leur verser des indemnités de licenciement.

« Les travailleur·euses avaient le droit de recevoir une indemnité de licenciement et ont exigé de la recevoir, mais la direction a refusé », a déclaré le travailleur, qui a demandé à ne pas être identifié. « Des soldats sont venus, mais les travailleur·euses étaient solidaires et ont continué à demander des indemnités de licenciement et l’employeur a fini par accepter de payer. On peut dire que nous avons été victorieux. »

Puis, le 8 décembre, environ 800 travailleur·euses d’une usine du canton de Shwepyithar, dont ils et elles ont demandé à ne pas être identifié·es, ont entamé une grève qui a duré 11 jours et s’est également soldée par une victoire de la solidarité au travail. Les revendications des travailleur·euses étaient que l’employeur cesse de réduire les primes des employé·es qui ne pouvaient pas travailler tous les jours, qu’il serve du riz de meilleure qualité à la cantine de l’usine et qu’il licencie un directeur des ressources humaines accusé de harcèlement constant. Les travailleur·euses ont obtenu satisfaction, y compris le renvoi du directeur des ressources humaines. Ils et elles ont également organisé une élection sur le lieu de travail afin de choisir un nouveau comité exécutif pour leur syndicat d’usine.

Ces arrêts de travail ont démontré que les ouvrier·es des zones industrielles autour de Yangon ont la motivation et la capacité de s’organiser et de faire grève pour des revendications collectives, malgré les restrictions et les risques de violence auxquels elles et ils sont confrontés sous la loi martiale. Ces grèves constituent donc un précédent important pour d’autres actions sur le lieu de travail dans les conditions de la période post-coup d’État.

Voir en ligne :
Publié par Frontier Myanmar

18 février 2022
par Ko Maung et Stephen Campbell

Traduction Patrick Le Tréhondat