Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Biélorussie : suicide d’un syndicaliste

Accueil > International (Fr) > Europe > Biélorussie : suicide d’un syndicaliste

Des militants des droits humains ont rapporté que Vladimir Krysenok, un ancien employé de Naftan, est décédé le 30 mai. Il a été retrouvé pendu chez lui. Quelques jours auparavant, l’homme avait été détenu par le KGB pendant trois jours. Un de ses anciens collègues laisse entendre que cela aurait pu causer le drame.

Un compagnon de travail témoigne :
« On travaillait avec lui sur la même installation, et ensemble on était membres d’un syndicat indépendant, et c’est comme ça qu’on s’est connus », raconte un collègue qui demande à ne pas être nommé. — Après les élections de 2020, des questions ont commencé à se poser pour les salariés qui ont adhéré à un syndicat indépendant. Apparemment, ce n’était pas conforme aux règles, bien qu’il n’y ait eu aucun problème avec cela auparavant. Et nous avons décidé que puisque tout devait être conforme aux règles, que les règles en matière de droit du travail devaient être aussi strictement respectées. Vladimir a révélé de graves violations de celles-ci et a demandé qu’elles soient résolues. La situation n’a pas bougé et il s’est adressé aux autorités supérieures. Il a été écouté, mais rien n’a changé. Ils ne l’ont privé que de vingt pour cent de sa prime pour refus de travailler. . Bien qu’il ait fait ce qu’il fallait selon les règles. Son supérieur immédiat était également en colère contre lui. En novembre 2020, Vladimir s’est mis en grève. Avant cela, il était l’opérateur principal de la troisième brigade. Il a ensuite été licencié. Avant cela, il avait travaillé à l’usine pendant 20 ans. Afin de gagner de l’argent d’une manière ou d’une autre, il est allé travailler en Russie, explique l’interlocuteur. Au même moment, il terminait la construction d’une maison près de Polotsk, où vit sa famille. »

Vladimir a été arrêté le 24 mai. Très probablement, suggère le collègue, cela s’est produit dans la maison de sa mère dans le village de Glinishche.
« Il a réussi à signaler qu’il était détenu par le KGB de Vitebsk. Ils l’ont fouillé et ont pris son téléphone portable. Trois jours plus tard, il a été libéré avec des engagements de non-divulgation et obligation de ne pas quitter le pays, poursuit l’interlocuteur. Je ne sais pas sur la base quel article il a été interrogé. On sait seulement qu’il a été menacé de 12 ans de prison. Il avait très peur de cela. Il avait peur de ne pas pouvoir voir ses enfants. Il ne voulait pas s’en séparer et n’a donc pas quitté la Biélorussie. Bien qu’il avait une telle possibilité. Cette détention était la deuxième pour lui. La première s’est produite après son retour de Russie. Il n’en a tout simplement pas parler. »

Selon les collègues de Vladimir, la raison de la détention pourrait être la mise en branle des forces de l’ordre après la publication dans les médias d’une vidéo reflétant l’état technique déplorable de l’installation sur laquelle Vladimir travaillait autrefois.
« Bien que, lorsque Vladimir s’est mis en grève, le site montré dans la vidéo était en bon état et ne ressemblait pas à ça », note un collègue.

Avez-vous communiqué avec Vladimir après l’arrestation ?
« Non, mais nous savons que lorsqu’il était sans travail, il était déprimé. Les gens qui travaillaient avec lui dans la troisième brigade essayaient de garder le contact avec lui. Mais tout cela a été interrompu. Il ne voulait pas de contact, répond le collègue, vous voyez, les gens qui se sont mis en grève, il leur semblait que leur grande action allait tout résoudre. Mais, comme on le voit, la situation dans le pays ne change pas. De plus à l’automne 2021, la mère de Vladimir est décédée.

Avez-vous parlé à votre famille de la raison pour laquelle il a fait cela ?
Je ne sais pas. Lui et sa femme étaient au stade d’un divorce, mais il a toujours aidé la famille, - un collègue a rapporté » cette conversation. « Avant que tout n’arrive, lui et sa femme ont convenu qu’ils devaient faire des réparations dans la maison. Avant que tout cela n’arrive, lui et sa femme avaient convenu qu’ils devaient rénover la maison. Le week-end précédant la tragédie, selon des proches, il avait effectué presque toutes les tâches ménagères. Puis il s’est rendu dans un atelier dans le village de Glinishche. Il y a une lettre où il demande le pardon de tout le monde, disant qu’il a peur d’exposer ses connaissances et ses proches.

Pensez-vous qu’il était sous pression ?
Nous ne savons pas. Mais à partir de sa lettre de suicide et du fait qu’il était menacé de 12 ans de prison, on suppose qu’on lui a proposé de coopérer [avec la police] ou, par exemple, de témoigner contre quelqu’un.

Voir en ligne :
Publié par Zekalo

2 juin 2022
Traduction Patrick Le Tréhondat