Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 6 juillet 2022

 
 

 

Azerbaidjan, grève des travailleurs de la raffinerie Heydar Aliyev et Bakou, grève des coursiers de la plateforme WOLT

Accueil > International (Fr) > Asie > Azerbaidjan, grève des travailleurs de la (...)

Ces derniers jours, Environ 1000 travailleurs sur les 1300 de la raffinerie Heydar Aliyev en Azerbaïdjan se sont mis en grève et ont manifesté dans les rues de Bakou. Ils protestaient contre le versement en retard des salaires, les contrats de travail stipulent pourtant que les salaires doivent être versés entre le 1er et le 15 du mois. Certains travailleurs ont reçu leur salaire le 15, la majorité d’entre eux attend toujours.

"Depuis deux jours consécutifs, des milliers de travailleurs de l’usine protestent", a déclaré un employé de la raffinerie. Les protestataires ont informé les représentants de la compagnie pétrolière d’État : "Ils ont dit que la question serait examinée. Alors qu’à l’usine, les responsables ont d’abord dit qu’il y avait un retard, puis qu’il y avait un problème à la banque. Ils disent que c’est un projet de construction, il peut y avoir un retard. Des milliers de travailleurs n’ont pas reçu leurs salaires pour le mois de mars. Nous exigeons nos salaires et nos compensations".

La raffinerie de pétrole de Bakou Heydar Aliyev) a été créée par l’ordre de l’ancien ministère de l’Industrie pétrolière de l’URSS en date du 29 juillet 1953. Selon les données officielles, 21 des 24 types de pétrole azerbaïdjanais sont traités à la raffinerie de pétrole de Bakou portant le nom de Heydar Aliyev, qui sert à son tour à produire 15 types de produits pétroliers, notamment de l’essence, du kérosène d’aviation, du carburant diesel, du mazout, du coke de pétrole, etc. 45% de ces produits sont exportés vers des pays étrangers.

A Bakou , plus d’une centaine de coursier.e.s ont suivi un mouvement de grève le 21 avril, elles et ils ont désactivé l’application mobile de la plateforme et ont réclamé une augmentation de salaires.

Selon les animateurs de la grève, Wolt a répondu par la menace en disant que "des centaines de personnes feraient la queue pour les remplacer" .

Les coursiers ont témoigné que ces derniers mois, le coût de la vie avait fortement augmenté mais pas les salaires, Wolt ayant pris la décision de les diminuer.

Voir en ligne :
Information publié sur le Facebook Transnational Social Strike