Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 6 juin 2020

 
 

 

Sri Lanka : mettre fin à l’oppression du peuple Tamoul !

Accueil > International (Fr) > Asie > Sri Lanka : mettre fin à l’oppression du peuple (...)

Le Réseau syndical international de solidarité et de luttes dénonce l’oppression envers le peuple Tamoul ; un exemple décrit par le Centre de Protections des Droits du Peuple Tamoul

[…] Le Sri Lanka resserre discrètement son emprise sur la population tamoule opprimée sous une forte présence militaire. L’armée a pris plus de 50 écoles dans des zones densément peuplées sous prétexte de créer des centres de quarantaine dans une zone où le nombre de cas signalés a régulièrement diminué.

Cette région a déjà un bilan éducatif lamentable en raison de plusieurs décennies de conflit. Lorsque des gens du sud sont transférés vers ces centres de quarantaine, le danger d’infecter la population tamoule locale dans cette zone augmente. Les élèves et les enseignants souffrent également sans accès à ces écoles.

Bien que le ministère de l’Éducation du Sri Lanka n’ait pas autorisé les écoles à être utilisées comme centres de quarantaine dans les zones cinghalaises du sud de l’île, la prise en charge des écoles dans les zones tamoules aidée par la forte présence militaire pour transférer les cas cinghalais suspects du sud soulève de nombreuses questions. sur le motif d’un gouvernement du Sri Lanka.

Est-ce une autre forme de « guerre biologique » pour détruire les Tamouls ? Ce transfert de population sous le couvert de la pandémie de COVID-19 est-il une nouvelle forme de crime ?

L’armée d’occupation encourage la distribution de stupéfiants parmi les écoliers des zones tamoules afin de détruire leur éducation. La prise de contrôle des écoles est considérée comme une extension de ce plan visant à maintenir les Tamouls subjugués pour toujours.

En cette ère de mondialisation accélérée, détruire l’éducation d’un peuple est un moyen de créer une sous-classe sans instruction fournissant une main-d’œuvre bon marché. En ce 1er mai, les travailleurs doivent s’unir pour mettre un terme à l’exploitation des personnes sous occupation par une armée étrangère. L’utilisation de la crise COVID-19 pour opprimer davantage les gens doit cesser.