Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


vendredi, 3 juillet 2020

 
 

 

Nous ne pourrons respirer que lorsque nous serons libres ! Les palestiniens sont solidaires des noir·es américains

Accueil > International (Fr) > Afrique > Nous ne pourrons respirer que lorsque nous (...)

Message du Comité national palestinien BDS (BNC)

Nous demandons au mouvement de solidarité avec la Palestine, aux États-Unis et ailleurs, d’être aux côtés du Movement for Black Lives (Mouvement pour la vie des Noir·es) ainsi que d’autres organisations dirigées par les Noir·es dans leur lutte légitime pour la justice.

Le Comité National palestinien BDS (BNC), qui mène le mouvement mondial en faveur du BDS et constitue la plus grande coalition de la société palestinienne, affirme résolument sa solidarité avec nos frères et sœurs noirs dans tous les États-Unis qui demandent la justice à la suite de la vague intolérable de meurtres de Noir·es américain·es commis par des policiers, notamment George Floyd à Minneapolis, Tony McDade à Tallahassee et Breonna Taylor à Louisville.

Les protestations croissantes contre la brutalité policière aux États-Unis de ceux que l’on n’entend pas sont fondamentalement un soulèvement contre un système global d’exploitation et d’oppression raciste ,exacerbé et mis à nu par la pandémie de Covid-19 et ses conséquences d’une gravité disproportionnée pour les Afro-Américain·es. Ce système est lié de façon organique aux crimes perpétrés par l’impérialisme états-unien contre les peuples de couleur dans le monde entier, crimes eux-mêmes enracinés dans les fondations violentes, racistes et coloniales des États-Unis.

La destruction génocidaire des nations autochtones américaines, le pillage de leurs biens et de leurs ressources, et l’asservissement sauvage de millions d’Africain·es constituent les piliers les plus profonds de l’entité devenue les États-Unis. L’idéologie suprématiste blanche bien implantée qui a impulsé ces crimes et tenté d’innocenter les criminels est encore vivante, même si elle prend diverses formes. Cette idéologie d’exclusion est encouragée par la Maison Blanche de Trump, au racisme scandaleux, et par une élite libérale au racisme moins audacieux, mieux camouflé, qui condamne le racisme de façon rhétorique et déverse même quelques promesses creuses, mais s’abstient constamment d’agir en mettant en œuvre des réparations et des mesures de justice raciale et économique, et en mettant fin à l’effroyable système de criminalisation et d’incarcération massive des Noir·es américain·es.

Comme l’a dit autrefois Martin Luther King Jr., la grande pierre d’achoppement dans la marche des Noir·es américain·es vers la liberté n’est pas le Ku Klux Klan « mais le Blanc modéré, plus épris d’“ordre” que de justice, qui préfère une paix négative, à savoir l’absence de tension, à une paix positive qui est la présence de la justice ».

Nous demandons au mouvement de solidarité avec la Palestine, aux États-Unis et ailleurs, d’être aux côtés du Movement for Black Lives (Mouvement pour la vie des Noir·es) ainsi que d’autres organisations dirigées par les Noir·es dans leur lutte légitime pour la justice, et d’adopter une position abolitionniste envers la réforme de la police, la réparation et la libération. Nous soutenons les appels au boycott ciblé et stratégique ainsi qu’aux campagnes de retrait de financement et de désinvestissement contre les institutions, les banques et les sociétés impliquées dans le système d’injustice raciale.

Nous, peuple indigène de Palestine, avons une connaissance de première main du colonialisme de peuplement, de l’apartheid et de la violence raciste pratiqués par le système oppressif d’Israël – avec le financement militaire et le soutien inconditionnel du gouvernement des États-Unis – afin de nous spolier, d’opérer contre nous un nettoyage ethnique et de nous réduire à des êtres humains inférieurs. Notre réussite la plus importante en tant que peuple résistant à l’oppression coloniale, notamment par des campagnes de boycott, c’est notre capacité à tenir bon, à résister à leurs efforts incessants pour coloniser nos esprits en nous poussant au désespoir et à l’auto-dépréciation, et en nous faisant accepter de voir en leur suprématie une fatalité.

Les Noir·es aux États-Unis, en Afrique du Sud et dans bien d’autres pays ont survécu à des siècles d’asservissement et d’oppression raciale d’une inhumanité extrême, et ont donné à l’humanité dans son ensemble de précieuses leçons de persévérance, de résistance et d’ingéniosité.

Le système de racisme structurel aux États-Unis est appliqué avec violence par des services de police paramilitaires, souvent formés par Israël, notamment la police du Minnesota. Ces forces de police ont été chargées d’agir, quoi qu’il en coûte, pour protéger ce système pourri de suprématie blanche, qui prive de leurs droits les Noir·es, les Latinos/Latinas et les Indigènes.

Le meurtre aveugle et extrajudiciaire de Noir·es américain·es, le système carcéral révoltant des États-Unis et le traitement inhumain et raciste des migrants et demandeurs d’asile aux frontières méridionales sont les symptômes d’un État sécuritaire de plus en plus militarisé qui inflige des ravages destructeurs aux hommes et femmes de couleur aux États-Unis et dans le reste du monde. Tant que continuera ce système d’oppression, il reviendra à nos mouvements populaires d’œuvrer collectivement et de façon intersectionnelle pour le démanteler, des États-Unis à la Palestine.

C’est le devoir de toutes les personnes de conscience de promouvoir la lutte et de faire entendre les voix de nos frères et sœurs noirs. Nous exhortons notre peuple à reconnaître les liens entre l’oppression raciale aux États-Unis mêmes et l’oppression impériale racialisée qu’ils exercent contre les hommes et femmes de couleur dans le reste du monde, comme l’expliquent Malcolm X et d’autres penseurs noirs de premier plan. Au moment même où l’armée d’occupation israélienne sert à renforcer encore davantage le système d’apartheid contre les Palestiniens, la police étasunienne sert uniquement à renforcer encore davantage le système de suprématie et de privilège des Blancs américains.

Nous nous faisons l’écho des sentiments du Comité américano-arabe contre la discrimination, qui a déclaré récemment : « Il est temps que nous écoutions les Noirs américains et les groupes noirs de défense des droits civils nous parler de leur expérience particulière et de la meilleure façon de soutenir notre lutte collective contre l’injustice. Nous avons aussi le devoir… de nous éduquer nous-mêmes sur les luttes qui impliquent nos frères et sœurs noirs et sur ce que nous pouvons faire pour affronter les positions et pratiques anti-Noirs. »

À nos frères et sœurs noirs : votre résilience face à une déshumanisation brutale est une source d’inspiration pour notre propre lutte contre le système israélien d’occupation, de colonisation de peuplement et d’apartheid. Nous soutenons des démarches comme cet appel d’activistes de Minneapolis à désinvestir du militarisme et du maintien de l’ordre et à investir plutôt dans la santé et la sécurité gérées par la population.

Sachant que la justice se gagne et qu’elle n’est pas simplement octroyée, nous pensons au conseil de James Baldwin à son neveu : « Je t’en prie, efforce-toi de te rappeler que ce qu’ils croient, ce qu’ils font, ce qu’ils te forcent à subir, ne témoignent pas de ton infériorité, mais de leur inhumanité et de leur peur. »

Nous ne pourrons respirer que lorsque nous serons libres. #BlackLivesMatter