Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


lundi, 16 septembre 2019

 
 

 

L’Amazone brûle, nos coeurs brûlent

Accueil > International > Amériques > L’Amazone brûle, nos coeurs brûlent

L’Amazone brûle, nos cœurs brûlent... Le gouvernement Bolsonaro (PSL) l’ignore.

Face à la négligence, dans un mouvement initié par Twitter, les utilisateurs des réseaux sociaux préparent des manifestations ce week-end pour la défense de l’Amazone. Les actes auront lieu dans plusieurs capitales du pays. Les mouvements et les entités rejoignent l’initiative.

Le Brésil est confronté à la plus grande vague de feu de ces six dernières années, selon les données de Inpe (Institut national de recherche spatiale). Il y a 67 000 départs de feux enregistrés jusqu’à cette semaine. Le feu avance et détruit des kilomètres de forêts, de bois et de cerrados. L’Amazonie est la région la plus touchée avec 51,9% des incendies.

Ce n’est pas la sécheresse ! C’est une action humaine !

Selon les experts, cette période de l’année, marquée par un temps sec, est considérée comme propice à la survenue de brûlures. Mais il est entendu que dans la grande majorité des cas, les incendies sont le résultat d’actes humains. Et notamment, sous le gouvernement Bolsonaro, nous assistons à une croissance record.

Dans une interview avec UOL, Ane Alencar, directrice scientifique d’Ipam, a déclaré que l’augmentation des incendies ne pouvait s’expliquer que par l’augmentation de la déforestation, puisqu’un événement météorologique extrême ne justifiait pas cette situation. « Cette année, nous n’avons pas eu de sécheresse extrême, comme en 2015 et 2016. En 2017 et 2018, nous avons eu une saison des pluies suffisante. En 2019, nous n’avons pas d’événement météorologique affectant la sécheresse, comme El Niño. Le climat ne peut en aucun cas expliquer cette augmentation [des incendies] », a-t-il déclaré.

Selon les données d’Inpe, il y a eu une augmentation de 88% de la déforestation dans la forêt amazonienne en juin par rapport au même mois de l’année dernière.

La forêt produit 20% de l’oxygène de la planète. Donc, l’inquiétude avec l’Amazone n’est pas seulement la nôtre. Des mouvements, des entités promeuvent des actions en faveur de la défense de l’Amazonie et rejoignent en ce moment la Grève mondiale pour le climat le 27 septembre prochain. Une grève en défense de l’environnement.

Il est convoqué dans 125 pays par des milliers d’organisations, de réseaux internationaux, de collectifs locaux et de groupes de citoyens indignés par le réchauffement climatique, la dévastation de la nature sur la planète au service du capitalisme.

La préparation de cette année coïncide avec le moment tragique où nous vivons de la dévastation de nos richesses naturelles, de notre bidiversité et de nos forêts brésiliennes. Le Brésil doit jouer un rôle important lorsque l’Amazonie et d’autres régions sont dévastées par l’agroalimentaire, les mines, l’abattage illégal et les ruraux.

Faisons des démonstrations à la défense de l’Amazonie une étape dans la préparation de la grève mondiale. Des actes seront également organisés dans les prochains jours pour la défense de l’Amazonie.