Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


vendredi, 10 avril 2020

 
 

 

Italie : faire grève ... pour ne pas mourir !

Accueil > International (Fr) > Europe > Italie : faire grève ... pour ne pas mourir (...)

Solidarité avec les travailleurs et travailleuses contraint.es de risquer leur vie pour les profits de quelques-uns !

Le Réseau syndical international de solidarité et de lutte exprime son soutien aux travailleurs et travailleuses qui sont en grève en Italie. Face au drame de la diffusion du coronavirus, le gouvernement s’est plié aux demandes des industriels et des banquiers, de laisser ouverts les usines, les supermarchés, les centres d’appels, les banques, de laisser circuler les trains et les bus ! Tout ce qu’il faut pour les profits des capitalistes !

La bureaucratie des principales centrales syndicales a soutenu cette politique et celles-ci ont signé un accord qui prévoit seulement quelques jours de fermeture des usines pour … les rendre plus sûres. Tous les scientifiques et les médecins disent que le coronavirus se propage très facilement dans les lieux clos, donc les ouvriers et ouvrières qui sont forcé.es d’aller travailler risquent de mourir ! Il en va de même pour les cheminot.es, les travailleurs et travailleurs de tous les transports, les employé.es, etc.

En Italie, il y a déjà plus de 1200 morts, les hôpitaux (qui ont subi de nombreuses coupes ces dernières années) sont désormais pleins, mais cela n’arrête pas la soif de profit des capitalistes. C’est une preuve de la barbarie et de l’inhumanité du capitalisme ! Mais les salarié.es ont décidé de faire grève et de ne pas aller travailler. Certains syndicats « de base » ont déclaré la grève, reconductible.

Des dizaines d’usines sont en grève dans tout le pays, des aciéries au secteur automobile, de l’industrie chimique à la métallurgie. Il y a aussi des grèves dans des centres d’appel, les télécom., le commerce, etc. Nous sommes aux côtés de tous les travailleurs et toutes les travailleuses en grève en Italie ! Le capitalisme, c’est la barbarie : arrêtons-le !