Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


jeudi, 7 juillet 2022

 
 

 

Inde : Grève générale massive de deux jours

Accueil > International (Fr) > Asie > Inde : Grève générale massive de deux jours

La grève nationale de deux jours, les 28 et 29 mars, à l’appel de 10 centrales syndicales (CTU), a vu une large participation dans tous les secteurs « malgré les menaces de persécution et d’intimidation des employeurs et des gouvernements ».

Des banques aux assurances, en passant par les chemins de fer, les ports, les télécommunications, les mines de charbon, les raffineries, les transports, les salons de thé et les travailleurs du secteur public, tous les secteurs salariés sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère contre la privatisation des entreprises publiques, la dilution du droit du travail, la contractualisation des emplois, le nouveau régime de retraite, l’absence de sécurité sociale, la hausse des prix et la baisse des revenus, entre autres, et ont promis d’intensifier leur lutte pour « sauver la nation et le peuple ».

« La participation a franchi le cap des 200 millions (le premier jour même) en faisant face à tous les obstacles, à l’ESMA, à l’intimidation et aux obstructions de toutes sortes, y compris l’attitude autoritaire de la police dans certains cas et l’ordonnance de la Haute Cour du Kerala interdisant la grève des employés de BPCL et du gouvernement » a déclaré une plate-forme intersyndicale.

Les centrales syndicales qui font partie de l’intersyndicale sont les suivantes : INTUC, AITUC, HMS, CITU, AIUTUC, TUCC, SEWA, AICCTU, LPF et UTUC.

« L’énorme succès de la grève générale de deux jours est un avertissement sans ambiguïté au gouvernement BJP dirigé par Modi, qui se réjouit de ses récentes victoires électorales, alors que les travailleurs et le peuple laborieux de ce pays ne vont pas tolérer ses politiques néolibérales favorables aux entreprises et aux super riches qui enrichissent ces exploiteurs en imposant des charges insupportables aux masses laborieuses ; il ne peut pas continuer à transférer les richesses et les ressources du pays, y compris les ressources naturelles, aux grandes entreprises, nationales et étrangères », a déclaré la CITU.

L’appel à la grève lancé par les syndicats a été soutenu par le Samyukt Kisan Morcha, un organisme qui regroupe plus de 40 organisations d’agriculteurs et qui a été le fer de lance du mouvement des agriculteurs qui a duré un an contre trois lois agricoles. Les travailleurs agricoles ont également participé à l’appel à la grève en se joignant aux barrages routiers dans plusieurs États.

« Les travailleurs du Sikkim et de l’Arunachal Pradesh ont rejoint la grève au deuxième jour, en plus des salariés de l’État lundi. Les travailleurs de presque tous les secteurs ont rejoint la grève. Nous avons reçu une bonne réponse de la zone rurale », a déclaré à la PTI Amarjeet Kaur, secrétaire général de All India Trade Union Congress (AITUC).
La charte de revendications en 12 points des syndicats en grève comprend la suppression des quatre codes du travail, l’interdiction de toute forme de privatisation, l’augmentation des allocations salariales dans le cadre de la loi MNREGA (Mahatma Gandhi Rural Employment Guarantee Act) et la régularisation des travailleurs contractuels. […)

Selon l’intersyndicale, des grèves ont eu lieu dans de nombreuses zones industrielles de Goa, Karnataka, Maharashtra, Chhattisgarh, Punjab, Bihar, Rajasthan, Bengale occidental, Meghalaya et Arunachal Pradesh.

Les travailleurs ont organisé des manifestations à plusieurs endroits et les syndicats ont affirmé que l’agitation a eu un impact dans les mines de charbon de Jharkhand, Chhattisgarh et Madhya Pradesh, lundi.

« Les unités industrielles du secteur privé, y compris de nombreuses multinationales, ont connu une grève massive les deux jours dans le Maharashtra, le Karnataka, le Tamil Nadu, le Telangana et l’Haryana. Les sites en construction d’énergie hydraulique ont également connu une grève massive dans l’Assam, l’Himachal Pradesh, l’Uttrakhand et le Jammu & Kashmir » peut-on lire dans le communiqué.

Haryana : Les femmes prennent les devants dans la ville du millénaire
À Gurugram, Renu, 36 ans, cuisinière et aide ménagère, travaille normalement de 7 heures du matin à la fin de l’après-midi dans une école primaire publique du village de Chakkarpur, à Gurugram. Après cela, elle gère une petite entreprise de broderie à la maison. Pourtant, cette mère de deux enfants a du mal à joindre les deux bouts.

« Mes honoraires - étant considérée comme bénévole dans le cadre de PM Poshan, anciennement connu sous le nom de School Mid-Day Meal Scheme, elle n’a pas droit à un « salaire - ne sont que de 3 500 roupies. Dites-moi, comment puis-je faire fonctionner ma maison avec un revenu aussi dérisoire ? Il n’y a pas assez de travail de broderie depuis de nombreux mois »

Mardi, Renu s’est jointe à des rassemblements et à des réunions organisées par la main-d’œuvre féminine afin de faire pression sur la capitale pour qu’erlle les considère comme des « employés du gouvernement » - une demande en suspens depuis de trop nombreuses années.

Dans la ville millénaire, connue pour abriter des multinationales et des entreprises industrielles de premier plan, les travailleurs, encouragés par une grève en cours des travailleurs et des aides anganwadi dans l’État, ont pris la tête des protestations contre les politiques économiques du gouvernement central dirigé par Narendra Modi.

Ils ont été rejoints par des travailleurs industriels et des employés du gouvernement de l’État, entre autres, qui se sont rassemblés lors d’une réunion publique au Kamla Nehru Park mardi.

« Aujourd’hui, nous ne protestons pas seulement pour les problèmes d’une ou deux parties de travailleurs... c’est un combat pour l’ensemble de la classe ouvrière du pays », a déclaré Sarla Yadav, une travailleuse d’anganwadi. Cette femme de 42 ans est en grève, avec ses « camarades », depuis le 8 décembre de l’année dernière pour demander, entre autres, une augmentation de leurs honoraires mensuels - promis par le gouvernement central en 2018.

En janvier de cette année, le gouvernement BJP dirigé par Manohar Lal Khattar lui a signifié son licenciement. Cette décision a été dénoncée par les syndicats de travailleurs anganwadi de l’État comme une « action répressive ».

« Depuis quatre mois, sans revenu, je ne compte que sur l’aide des voisins et de mes proches pour subvenir aux besoins de ma famille », a déclaré la mère d’une fille, ajoutant que « le gouvernement actuel ne pense pas au bien-être des travailleurs. »

La colère et le désespoir des travailleurs étaient palpables. Ankit Lal (le nom a été changé) de One Sanoh India Private Limited, un fabricant de pièces automobiles à Manesar qui fournit des composants automobiles à Maruti Suzuki, a déclaré que le déploiement des codes du travail fera des emplois permanents dans le secteur industriel une chose du passé.

« Depuis 2000, pas un seul travailleur n’a été régularisé dans l’usine », a affirmé M. Lal, ajoutant qu’en conséquence, seul un quart de la main-d’œuvre totale de l’entreprise est actuellement bénéficie du statut de travailleur permanent. […]

À Mumbai Mahul, des milliers d’habitants ont organisé le « Jan Jagaran Yatra » dans les quartiers de Mahul, Mankhurd, Chembur et Shivajinagar, en soutien aux travailleurs en grève. Les grévistes marchant de ruelle en ruelle reçoivent le soutien des citoyens. L’indignation face à l’inflation meurtrière était visible dans les quartiers populaires de Mumbai qui abritent des familles de vendeurs de rue, de naka kamgar, d’assistants, etc. […]

Des villes industrielles comme Nasik, Aurangabad, Pune, Pimpri Chinchwad ont également vu les effets de la grève. Des dirigeants du CITU comme DL Karad, Vasant Pawar, Rajani Pisal, Shubha Shamim et d’autres ont mené la grève à Nasik et Pune. […]

De nombreux secteurs étaient à l’arrêt pour le deuxième jour consécutif au Tamil Nadu. La participation massive des travailleurs de la société de transport de l’État pendant deux jours consécutifs a secoué l’État. La participation massive des travailleurs de l’ICDS à la grève générale de l’Inde a également eu un impact important dans l’État.

De nombreuses manifestations ont eu lieu dans les ceintures industrielles de l’État dans les localités industrielles de North Chennai - Thiruvatriyur, Ambattur et Perambur, et Kanchipuram pour le deuxième jour consécutif. […]

Le deuxième jour de la grève, environ 50 000 employés de banque associés à BEFI, AIBOA et AIBEA se sont mis en grève au Tamil Nadu, tandis que sous la direction d’AIIEA et de LICAO, 92% des travailleurs des assurances et de LIC ont boycotté le travail et organisé des manifestations.

Le port de Tuticorin était en grève totale aujourd’hui pour la deuxième journée. Les 500 travailleurs permanents, les 750 travailleurs contractuels et les quelque 1 000 travailleurs des compagnies maritimes privées ont boycotté le travail. Les travailleurs ont restreint l’entrée de tous les camions et ont exprimé leur colère contre la décision du gouvernement de l’Union de privatiser les ports du pays.

Dans le secteur pharmaceutique très rentable, sous la direction de la FMRAI, environ 10 000 employés chargés de la promotion des ventes dans le Tamil Nadu se sont mis en grève aujourd’hui.

Environ 30 % des travailleurs du secteur de l’électricité géré par le gouvernement de l’Union, Bharat Heavy Electricals Limited (BHEL), étaient en grève aujourd’hui à Trichy. […]

Environ 65% des unités de bonneterie sont restées fermées et dans le cas de Braithwaite, Burn Standard, Jessop Construction, United Paints, Hind Ice sont restées fermées.

Selon des sources de la CITRU, la grève a touché 100 % du secteur bancaire et financier, 90 % des unités centrales de l’État, telles que le département de l’impôt sur le revenu, les services postaux, l’enquête botanique, l’enquête géologique, etc. […]

Des informations sur la détention de manifestants pacifiques ont été rapportées de plusieurs endroits. À Sarupeta, dans le district de Barpeta, des manifestants ont été détenus au poste de police de Sarupeta pendant plusieurs heures.

De même, à Rangia, dans le district de Kamrup, plusieurs manifestants ont été arrêtés par la police alors qu’ils participaient à un rassemblement de protestation.

Portfolio
Inde : Grève générale massive de deux jours

Voir en ligne :
Publié par New Cliks

29 mars 2022
Sandipan Talukdar de Guwahati

Traduction Patrick le Tréhondat