Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


samedi, 6 juin 2020

 
 

 

Chili : liberté pour celles et ceux emprisonné.es pour avoir lutté

Accueil > International (Fr) > Amériques > Chili : liberté pour celles et ceux emprisonné.es

En octobre dernier un processus révolutionnaire est né au Chili, il se poursuit. Avec le drapeau "Ce ne sont pas 30 pesos ce sont 30 ans !". Les mobilisations massives de travailleurs et de jeunes ont approfondi une lutte qui va largement au-delà de la revendication initiale contre l’augmentation du ticket de transport. L’étincelle chilienne a allumé le feu dans le continent latino-américain, des mobilisations, des grèves se sont étendues à la Colombie.

La révolution chilienne a mis en échec tout le système politique dans le pays et le gouvernement de Piñera a combattu cette révolution avec une répression féroce. Les images et les plaintes se sont diffusées dans le monde entier. Des morts, des blessés, des manifestants qui ont perdu la vue et des milliers de détentions se sont répétés chaque vendredi lors des manifestations place de La Dignité.

Avec l’arrivée du Covid19 dans le pays, les manifestations ont été suspendues. Mais le processus est toujours en marche, et nous avons vu que la première ligne a assumé la lutte contre la pandémie en organisant les tâches de désinfection. De même la lutte pour la liberté des prisonniers politiques est plus forte que jamais. Ils sont entassés dans des prisons où les mesures de sécurité et d’hygiène ne sont pas respectées. Des milliers de manifestants non jugés sont mélangés avec des détenus de droit commun, mais l’État a décidé qu’ils sont « dangereux pour la société ». Le virus est déjà arrivé dans les prisons et le danger dans cette situation de confinement est encore plus grand.

La situation est dramatique pour les activistes prisonniers et pour leurs familles. Le gouvernement de Piñera qui refuse ne serait-ce qu’une assignation à résidence est totalement responsable de la santé et de la vie des prisonniers et prisonnières politiques. Les grands médias, les autres gouvernements [locaux] et même des partis progressistes ne diffusent pas cette situation en constituant un front afin de la faire connaître.

Ceux qui, en revanche, font face pour défendre les militants et militantes emprisonnés, ce sont les camarades de la Défense Populaire qui défendent beaucoup de détenus et qui se battent contre l ’appareil judiciaire et politique de l’État.

Dans ce combat, María Ribera du MIT (Mouvement International des Travailleurs) a été menacée plusieurs fois, dénoncée par la Préfecture des Carabiniers. Ceci parce qu’elle, la Défenseuse Populaire et d’autres avocats militants des droits humains en défense de la révolution, jouent un rôle fondamental dans la lutte pour faire sortir la jeunesse de prison.

Face à cette situation des organisations des Droits Humains, des syndicats, partis politiques et frères ouvriers dans le monde entier, ont lancé une campagne de solidarité et de collaboration avec les militants chiliens. Nous dénonçons cette violation des droits. Au Chili les Droits Humains les plus fondamentaux sont violés dans une situation catastrophique et pandémique ; cela ne peut être accepté. La liberté des prisonniers politiques a une importance vitale pour l’essor de la Révolution chilienne. Nous invitions tous ceux et celles qui suivent avec sympathie ce processus révolutionnaire à se joindre à nous. En plus de soutenir cette campagne, nous demandons aux syndicats et personnalités d’envoyer leurs signatures, prendre des photos, de l’afficher dans le vestiaire de votre lieu de travail, et de faire un don. C’est ainsi que nous pourrons faire en sorte que tout ce qui doit changer au Chili change !


M. Sebastián Piñera Echeñique, président de la République du Chili
M. Jorge Abott Charme Procureur National du Ministère Public

Conscients de la détention préventive de 2 500 prisonniers politiques au Chili, nous demandons qu’ils les libèrent de toute urgence, car selon tous les rapports des autorités sanitaires ils disent que si le surpeuplement n’est pas évité et que les mesures sanitaires de base ne sont pas strictement suivies, nous devrons regretter beaucoup décès, plus que nous ne le regrettons aujourd’hui.

Le rapport du procureur judiciaire de la Cour suprême du Chili indique que le surpeuplement des prisons est devenu une bombe à retardement.

C’est pourquoi, à travers cette lettre, nous arrivons à demander que des mesures soient prises pour libérer les prisonniers politiques qui sont actuellement en détention préventive et à ordonner qu’ils continuent de se conformer à la mesure de précaution dans leurs maisons avec leurs familles, le tout pour sauver ses vies.
Cordialement