Réseau Syndical International de Solidarité et de Luttes


mercredi, 30 septembre 2020

 
 

 

Brésil : non au licenciement de 2 500 travailleurs et travailleuses d’Embraer !

Accueil > Secteurs > Industrie, métallurgie, chimie > Brésil : non au licenciement de 2 500 travailleurs

Embraer, entreprise brésilienne de produits aérospatiaux, a annoncé le licenciement de 2 500 personnes, jeudi dernier 3 septembre. Les licenciements ont été effectués sans aucune négociation avec le syndicat des métallurgistes de São José dos Campos, en violation d’un accord de préservation de l’emploi signé le 9 avril (clause 8.1), précisément dans une période de calamité publique causée par Covid-19.

Le syndicat a remis en question le caractère volontaire du Plan de départ volontaire, car de nombreux travailleurs et travailleuses se plaignent que les dirigeants d’Embraer ont fait pression sur ceux et celles qui étaient en congé payé pour qu’ils et elles rejoignent ce « plan de départ volontaire ». Le procureur du travail enquête sur ces plaintes.

Embraer attribue la responsabilité des licenciements à la pandémie, mais des études montrent que les difficultés financières ont été causées par la mauvaise gestion du conseil d’administration lors des négociations avec Boeing. Les pertes générées par le processus de vente ont atteint 1,2 milliard de R$. Celles générées par la pandémie se sont élevées à 83,7 millions de R$.

Au cours des deux dernières années, la direction d’Embraer s’est lancée de manière irresponsable dans une transaction commerciale avec Boeing - qui a fini par rompre l’accord en avril de cette année. Si la vente était conclue, elle profiterait principalement à la société américaine et à ses insatiables actionnaires, au détriment des intérêts du Brésil et de sa souveraineté. Le projet ayant échoué, la direction et les actionnaires font désormais porter le fardeau de la crise ainsi crée aux travailleurs et travailleuses.

Le syndicat va agir pour annuler les licenciements. Il est inacceptable de licencier des travailleurs et travailleuses en pleine pandémie. Tout en maintenant les cadres supérieurs à des salaires de millionnaires, la direction licencie 2 500 pères et mères qui dépendent de leur emploi pour survivre.

Le syndicat des métallurgistes de São José dos Campos et de la région, affilié à CSP-Conlutas, a tenu des réunions vendredi et samedi, au cours desquelles les travailleurs et travailleuses d’Embraer ont approuvé la proposition du syndicat contre les licenciements et approuvé la grève.

Les organisations membres du Réseau syndical international de solidarité et de luttes dénoncent ces licenciements. Ils sont dans la logique cruelle de la défense du profit dans la société capitaliste. Nous exigeons la réintégration immédiate des 2500 travailleurs et travailleuses. Plus que jamais, la campagne du syndicat des métallurgistes de São José dos Campos pour la renationalisation d’Embraer est nécessaire pour sauver des emplois. Il est nécessaire de remettre Embraer entre les mains du peuple brésilien en sauvant des milliers d’emplois directs et indirects dans le secteur aéronautique, ainsi que la capacité technologique et la souveraineté du pays.

Annulation des licenciements !
Pour la réintégration immédiate de tous les licencié·es !

Envoyez des motions à :
Président directeur général d’Embraer - Francisco Gomes Neto : fgn@embraer.com.br
Département des ressources humaines d’Embraer : relacoes.trabalhistas@embraer.com.br
Maire de la ville de São José dos Campos - Felício Ramuth : prefeito@sjc.sp.gov.br
Président du BNDES - Gustavo Montezano : presidencia@bndes.gov.br
Avec copie à : secretaria@sindmetalsjc.org.br